Une nouvelle année sur fond de crise alimentaire

Publié le 5 septembre 2008

Catégories: Nouvelles

Le comité des projets de Terre Sans Frontières (TSF), qui s’est réuni au début d’avril 2008, a accepté d’appuyer 115 projets pour l’année 2008-2009. Au total, les prévisions font état de déboursés atteignant 1 650 000 $ pour le programme de développement TSF-ACDI, soit la même somme que pour l’année 2007-2008.

L’éducation, l’eau, la santé, le développement communautaire et le transport restent les principaux secteurs d’intervention alors que la région de l’Afrique de l’Est demeure le principal terrain d’action. Ainsi, les cinq pays d’intervention, soit la République démocratique du Congo, la Tanzanie, l’Ouganda, le Kenya et le Rwanda accaparent près de 60 % du budget. Pour ce qui est des projets de santé « sans frontières » (chiropraticiens, dentistes, homéopathes et optométristes), qui se dérouleront principalement en Amérique latine, une vingtaine de missions sont à l’horaire et le nombre de coopérants volontaires devant se rendre sur le terrain devrait atteindre les 125. Ces chiffres témoignent bien du vif succès que remportent ces missions de courte durée destinées à offrir des soins de santé spécialisés à des populations démunies. La programmation 2008-2009 de Terre Sans Frontières sera la troisième de son Plan stratégique 2005-2010 et déjà, dès l’automne, l’équipe des projets entreprendra la réflexion devant mener à l’éla­boration du plan d’action 2010-2015.

La souveraineté alimentaire

Au cours de la prochaine année, la sécurité alimentaire devrait par ailleurs être une thématique qui occupera l’avant-scène. La crise alimentaire qui sévit depuis maintenant quelques mois n’est pas en voie de s’atténuer, bien au contraire. Il apparaît donc essentiel pour Terre Sans Frontières de s’y attarder en continuant d’appuyer des projets susceptibles de permettre aux populations de prendre en charge leur alimentation, particulièrement en les aidant à développer leurs capacités de production. Des initiatives allant en ce sens sont déjà en cours, notamment à travers l’appui à des groupes de femmes comme Bulenge et Buwama en Ouganda, ou Weece et Tusaidiane en Tanzanie. À travers le micro-crédit, TSF favorise en effet l’autonomie économique des femmes, ce qui constitue en soit un gage de sécurité alimentaire. Mais surtout, la majorité des projets mis en place par les femmes grâce au micro-crédit sont des projets agricoles liés à la culture ou l’élevage. Des projets associés aux secteurs de l’éducation et de l’eau peuvent aussi renforcer la souveraineté alimentaire, qu’il s’agisse de mettre en place des systèmes d’irrigation de productions agricoles, ou même de développer des jardins scolaires servant autant à nourrir les enfants et le personnel, qu’à enseigner aux jeunes des techniques agricoles.

Partagez