Plus de pouvoirs aux femmes!

Publié le 2 décembre 2019

Catégories: Blogue, Physiothérapie Sans Frontières – République du Congo

Par Suzannne Fortin, physiothérapeute

Notre mission s’achève en République du Congo. C’est le moment des bilans.

Nous quittons Betou. Plusieurs heures de route difficiles car il a plu toute la nuit avant notre départ. Les chemins sont pleins de boue vaseuse ce qui complique passablement la circulation.

Nous avons l’opportunité de vivre encore plus l’expérience africaine car notre retard nous permet de manger dans des restos locaux et dormir dans une petite auberge.

La physiothérapie sera certainement bienvenue au cours des prochaines missions.
Les intervenant sur le terrain son intéressés et enthousiastes. Ils font déjà un travail titanesque mais les besoins sont immenses et les moyens limités.

Les femmes de Betou sont peu scolarisées.
Elles souhaitent la protection d’un homme car elles ont peu de revenus. Les hommes profitent souvent de cette réalité. Ils ont parfois deux ou trois compagnes et il y a beaucoup de violence dans ces familles. On dit que une femme sur trois vivra de la violence au cours de sa vie en Afrique. Certaines études parlent même d’une femme sur deux.
Elles effectuent pour la plupart un travail harassant aux champs, dans des positions inadéquates, portent un bébé sur leur dos, souvent une autre grossesse en cours. Elles doivent travailler jusqu’à la toute dernière limite. Donc les maux de dos sont très répandus.

Elle ont plusieurs grossesses rapprochées, mangent souvent un seul repas par jour, boivent peu ce qui occasionne des problèmes de constipation qui contribuent aux problèmes périnéaux.
Il y a aussi plusieurs enfants qui souffrent de malnutrition car les mamans ont peu de temps et d’énergie pour les allaiter exclusivement jusqu’à l’âge de 6 mois.Les problématiques qui en découlent sont nombreuses.

Il y a beaucoup d’atteinte au niveau du périnée à cause des multiples accouchements. Les déchirures et cicatrices sont fréquentes ainsi que la constipation, les prolapsus et les fistules. Ce qui entraîne pour elles douleurs, difficultés lors des rapports sexuels, honte, rejet, dépression.
La physiothérapie pourra les aider par un travail de conscientisation ainsi qu’un enseignement de techniques de protection et renforcement ou étirement du périnée avant et après les accouchements, de même que les soins des cicatrices .

La sensibilisation aux bonnes postures et positions de travail et l’enseignement d’exercices pour limiter les maux de dos sont aussi importants.
Dépistage et soin des prolapsus et accès pour le traitement des fistules.
Éducation et conseils pour une meilleure alimentation afin d’éviter la constipation.

Donc l’accès à l’éducation est primordial pour les jeunes filles et les femmes, pour leur permettre d’obtenir un travail mieux rémunéré pour ainsi être autonomes financièrement et moins dépendantes des hommes et avoir une meilleure estime de soi.

Mieux gérer la planification des grossesses avec une contraception efficace et accessible.
Les impliquer dans la rééducation de leur périnée et comprendre comment éviter les maux de dos et connaître les exercices à faire soi-même pour bien se préparer à l’accouchement et après.

Bref plus de pouvoirs aux femmes afin d’améliorer les conditions de vie des familles!