Nouveau pilote pour ASF

Publié le 26 août 2013

Catégories: 2013, Avions Sans Frontières

Yannick Belley, un jeune pilote de 34 ans originaire de Montmagny, a décidé de se lancer dans la belle aventure humaine qu’est Avions Sans Frontières (ASF). Le 6 juin dernier, il est arrivé à Dungu, en République démocratique du Congo, pour prendre les commandes du Cessna 206 d’ASF en remplacement de Guy Couture.

« J’ai toujours rêvé de voler. C’est une conviction, une vocation même », affirme Yannik, qui a fait ses classes dans les domaines du parachutage et de la photographie aérienne. « Cela m’a permis de fréquenter des pistes ensablées, ce qui me sera utile en Afrique », explique-t-il, tout en précisant que l’idée de partir avec ASF a commencé à germer vers 2007, notamment après avoir discuté avec Stephan Bihan, qui a piloté pour ASF en 2007-2008. « Je ne suis pas le gars le plus aguerri en voyage. J’ai fait un petit séjour humanitaire au Brésil et je suis allé à Istanbul dans un cadre organisé. Mais j’ai cette curiosité interculturelle, je dirais même que c’est un appel viscéral, qui me pousse à aller voir ailleurs, à sortir du Québec », explique Yannick, qui sera en poste à Dungu pour une période d’un an. « Ma mère est très inquiète mais mon père trippe », précise-t-il en riant. Yannick Belley, qui est aussi féru de photographie, estime que cette expérience fait partie d’une volonté d’acquérir de belles compétences et de devenir une meilleure personne. « Je me considère comme un outil sur deux pattes. Je suis curieux et je veux être pilote. Mais je ne crois pas mesurer encore toute la dimension humaine du travail que je m’en vais faire même si je sais que je vais être touché par les gens », ajoute-t-il. Le nouveau pilote ASF confie que ses héros de l’aviation sont ceux de l’aéropostale, comme St-Exupéry et Mermoz. « Ces gens allaient à la rencontre des peuples avec une fascination culturelle vue des airs qui est très romantique. Ils cultivaient le beau pour le porter à d’autres. »

L’apport vital d’ASF

Pour la région du Haut-Uele, en République démocratique du Congo, le Cessna 206 d’ASF est un outil de développement primordial. C’est un projet phare de Terre Sans Frontières puisqu’il permet de désenclaver toute la région pour assurer le transport de biens essentiels et de personnes, notamment des malades et des blessés graves qui ne peuvent être soignés dans les dispensaires de brousse et doivent être évacués vers les hôpitaux de référence. D’ailleurs, au cours de la dernière année, 50 % du cargo transporté et des heures volées l’ont été en soutien aux secteurs de la santé, des urgences médicales et de l’aide humanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *