Ma belle expérience en sol bolivien

Publié le 20 août 2019

Catégories: Blogue, Dentistes Sans Frontières Bolivie

Par Arlette Jimenez, hygiéniste dentaire

Dès mon arrivée à l’aéroport d’El Alto en Bolivie, j’ai commencé à ressentir un léger mal de tête et cela en raison de l’altitude car nous sommes à 4 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. L’agente de liaison Maria Elena qui m’a reçue m’a donné des conseils et m’a suggéré de me reposer pour m’adapter plus rapidement et être prête pour la mission.

La première semaine a débuté à la clinique dentaire de Laja, où les docteurs José Morales, Verónica Montes et Erika Nina (clinique mobile) m’attendaient. Ce centre est situé à une heure et quinze minutes du centre-ville, bien sûr, si vous prenez le téléphérique. Sinon préparez-vous à ce que cela prenne deux fois plus de temps.

Les patients sont pour la plupart des enfants avec leur mère. Quand nous avons vu les premiers patients, j’ai remarqué que, sur l’Altiplano, l’état buccal de ces patients présentait de nombreuses caries en raison d’une mauvaise hygiène buccale et de la consommation de nombreux bonbons … Le brossage avant se coucher est pratiquement nul.

Par conséquent, je me suis dit que je devais faire beaucoup de choses en matière de bonne hygiène buccale et j’avais prévu de commencer mon discours sur l’éducation dentaire et le brossage le jour même …!

Quoi présenter aux enfants … ?? ahh j’ai commencé à dessiner des cholitas (femmes aymaras) qui vont rendre visite au dentiste …. yeahhh ils ont été surpris et attentifs aux explications ..!

La deuxième et troisième semaine, j’étais au centre de santé de Pucarani, situé à environ 30 minutes de plus que celui de Laja. Sur le chemin du centre-ville, on peut observer une bonne partie de l’ensemble du haut plateau bolivien et de la cordillère des Andes, ce qui la rend particulièrement belle depuis le téléphérique bleu!

Le centre de santé de Pucarani est plus grand et plus complet, il est conçu pour être un centre d’attention sur 2 ou 3 niveaux dans les hauts plateaux boliviens. Les médecins sont tous très amicaux et attentifs à toutes mes considérations à prendre en compte pour bien faire le contrôle de l’asepsie de l’équipe dentaire et de l’aire de travail ainsi que d’éviter la contamination croisée. Ici, je pourrais voir qu’ils font beaucoup de traitements de restauration tels que l’utilisation de verre ionomère, l’endodontie mais ils n’ont pas le temps de faire leurs causeries éducatives car ils n’ont pas d’assistante dentaire alors mes patients en fauteuil ont reçu des instructions d’hygiène buccale avec le miroir dans ma main.

Dans cette clinique de Pucarani, le Dr Pacosillo a toujours été très attentif et heureux d’écouter mes explications et m’a parlé de sa passion de vouloir réduire l’incidence de la carie dentaire chez les écoliers de la région, ce à quoi j’ai apporté tout mon soutien et courage.

Une expérience qui a touché mon cœur a été de partir avec le Dr Mery Quispe dans sa clinique mobile à une communauté éloignée et de s’occuper des enfants. Ils arrivaient peu à peu et à temps pour que je leur parle de l’hygiène buccale et vérifie leurs dents. Cela était magnifique… et près d’une montagne…!

La quatrième semaine, nous sommes allés travailler à Palcoco où le Dr Miguel Ulo m’attendait, où je pourrais confirmer que l’hygiène buccale de ces enfants et de la plupart des adultes est caractérisée par une forte présence de caries dentaires et de problèmes de gencives. Cela m’a indiqué qu’on doit travailler très fort pour les aider à se sortir de cette situation. Grâce au soutien de Terre Sans Frontières, on peut améliorer l’accès aux soins dentaires pour la population des hauts plateaux boliviens.
Aussi, on a organisé une présentation PowerPoint sur la gestion des soins dentaires du patient hémophile dans les bureaux de Cocawi en présence de tous les médecins et dentistes des cliniques visitées.

La dernière semaine, je suis retournée à la clinique de Laja puisque le centre de santé de Curva-Pucara était en rénovation.

Voici ma belle expérience en sol bolivien, un pays chargé d’histoire, d’autochtones qui ont obtenu leur liberté à travers de nombreuses luttes et discriminations, mais qui gardent la tête haute et leur dignité en tant que peuple.
Par ailleurs, leur musique et leur artisanat sont très appréciés des touristes qui viennent chaque année visiter ce pays caractérisé par les Andes, l’alpaga, le guayo et la nourriture de La Paz.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *