Lutte contre une épidémie de rotavirus

Publié le 8 mai 2006

Catégories: Nouvelles

Mission accomplie pour les Homéopathes de Terre Sans Frontières : entre le 13 et le 24 mars dernier, Jocelyne Gaudreau et Martine Jourde ont prodigué des soins à 223 personnes au Honduras, l’épidémie de rotavirus sévissant chez les enfants a été endiguée, les soins homéopathiques d’urgence prodigués.

L’équipe des Homéopathes de Terre Sans Frontières, composée de Mmes Martine Jourde et Jocelyne Gaudreau, a entrepris sa mission au Honduras alors qu’une épidémie de rotavirus faisait des ravages chez les enfants. Cette épidémie est due à un virus qui est la principale cause de gastro-entérite chez l’enfant. Les plus forts taux d’infection ont été observés chez les petits de moins de 5 ans. La fièvre et les vomissements, suivis d’une diarrhée aqueuse, parfois associée à une déshydratation sévère, peuvent être létales chez l’enfant. Les homéopathes ont assisté 34 patients infectés, mais elles s’étaient préalablement bien préparées. Martine Jourde entretient un vaste réseau d’échanges d’information avec les principaux promoteurs de la santé du Honduras qui ont tous reçu une formation en homéopathie. Ainsi, avant l’arrivée de l’équipe, les protocoles avaient été instaurés en étroite collaboration par-delà les frontières. À leur arrivée, les homéopathes ont réajusté ces protocoles avec du Cuprum en raison des douleurs au ventre associées à ces gastro-entérites. « Sur les 34 cas de rotavirus, 22 ont reçu le protocole sans être vus, 12 ont été vus en clinique; seulement 2 cas sur 34 ont dû être revus une fois, lorsque les symptômes perduraient plus 48 heures après le traitement homéopathique. Aucun n’a dû être revu deux fois et tous ont guéri sans récidive », explique Martine Jourde. Comme la transmission de personne-à-personne se fait par contact avec des sécrétions des voies respiratoires, de l’eau, des aliments ou des surfaces contaminés, les homéopathes ont offert un protocole préventif aux autres enfants et adultes des familles concernées, ainsi qu’à la famille élargie, la communauté soignante et la communauté religieuse du Tabor, dans la Valle de Angeles. Ceci permet de dire qu’environ 200 personnes ont été traitées préventivement. Aucun nouveau cas n’a été détecté depuis. « Nous estimons que le protocole a été totalement efficace pour contrer le rotavirus sur le territoire de la clinique », concluent les homéopathes. Parallèlement, Martine et Jocelyne ont été confrontées à un nombre record de surinfections dues à la contamination de l’eau et de cas aigus négligés depuis des mois. De plus, « un cas de contamination sévère au e-coli et deux ulcères variqueux surinfectés qui n’avaient jamais bien réagi aux antibiotiques ont été améliorés de façon spectaculaire avec les traitements homéopathiques répétés, à l’externe et à l’interne, de Calendula et Solipur (complexe homéo-pathique antiseptique) » indique Martine Jourde. Il reste que les populations honduriennes souffrent de carences vitaminiques importantes et ont besoin de supplément en fer, en calcium-magnésium, en omega 3, en iode… Cette mission avait également pour objectif d’offrir des formations homéopathiques aux promoteurs de la santé. Dimanche 26 mars 2006, on comptait une quarantaine de personnes à suivre les cours dispensés en espagnol par Martine Jourde. Le moins qu’on puisse dire c’est que l’assemblée était alerte et les questions fusaient. L’homéopathie est une médecine douce alternative et complémentaire qui est très bien acceptée et comprise par les populations honduriennes. Outre le moyen de se soigner à moindre frais, les promoteurs de la santé formés par les Homéopathes de Terre Sans Frontières peuvent prodiguer des soins de base aux plus démunis.

Partagez