Le premier maillon de la chaîne

Publié le 5 mars 2015

Catégories: Optométristes Sans Frontières

Photo : Ky Chung

Pour maximiser l’impact d’une mission et faire une différence dans la vie des personnes démunies examinées, les Optométristes Sans Frontières (OSF) doivent pouvoir compter sur un important stock de lunettes usagées. On estime en effet que pour avoir les coudées franches sur le terrain, les équipes d’OSF doivent disposer d’environ 3000 paires de lunettes.

De manière générale, il faut environ 2,5 paires de lunettes par patient examiné. Mais encore, ces prothèses visuelles ne doivent pas seulement être disponibles, elles doivent surtout avoir été préalablement sélectionnées, nettoyées, analysées et classées. C’est le premier maillon de la chaîne d’intervention d’Optométristes Sans Frontières. Depuis la fondation d’OSF en 1998, la cueillette des lunettes comme telle n’a jamais causé de maux de tête. En effet des boîtes de récupération ont été disposées dans bon nombre de bureaux d’optométristes du Québec et leur contenu est expédié chez Terre Sans Frontières (TSF) à un rythme soutenu.

Mais le traitement de ces lunettes doit être assuré par des bénévoles qui reçoivent une formation pour trier les lunettes et les analyser à l’aide des réfractomètres électroniques mis à leur disposition.

« Sans ce travail de première ligne, il n’y aurait tout simplement pas de mission », résume Petain Saavedra, responsable de OSF chez Terre Sans Frontières, tout en précisant que des opticien(ne)s et des optométristes font aussi de l’analyse de lunettes chez eux. Plusieurs membres de différents Club Lions font aussi partie de l’équipe qui prépare des lunettes chez TSF.

« La protection de la vue constitue l’objectif premier des Clubs Lions. Nous sommes les chevaliers de la vue », rappellent en cœur six membres du Club Lions de Boucherville, fiers de poser un geste qui aide vraiment des personnes dans le besoin. « Il vient un moment où il faut aller plus loin que la signature d’un chèque. Donner du temps pour une cause comme OSF, c’est un geste concret », affirment-ils.

Pour certains bénévoles, le traitement des lunettes constitue même un premier pas vers une participation à une mission sur le terrain.

Les personnes intéressées à se joindre comme bénévoles à l’analyse de lunettes sont invitées à nous contacter.

Partagez