Le grand réseau de la solidarité

Publié le 22 mars 2007

Catégories: Nouvelles

Une délégation de sept personnes de Terre Sans Frontières (TSF) a participé au Forum social mondial (FSM) 2007, qui s’est tenu à Nairobi, capitale du Kenya, du 20 au 25 janvier dernier.

Ainsi, trois représentants du siège social se sont rendus sur place, en compagnie des responsables terrain de la République démocratique du Congo, de la Tanzanie, de l’Ouganda et du Kenya. « Pour Terre Sans Frontières, il était pertinent de participer pleinement à cet événement puisqu’il se déroulait dans la principale zone d’intervention de l’organisme », souligne Jean-François Dubois, directeur des programmes chez TSF. Lieu d’une multitude de luttes, de revendications, de contestations et d’initiatives, le Forum social mondial a regroupé 66 000 participants. Plus de 1400 organisations provenant de 110 pays étaient présentes, dont 40 en provenance d’Afrique. Plusieurs organisations se sont réjouies de la belle participation africaine, faisant valoir l’importance pour la société civile du continent noir de pouvoir s’exprimer sur une telle tribune internationale. D’ailleurs, deux importants réseaux africains sont nés de ce Forum social mondial. Le Réseau de justice fiscale pour l’Afrique (Tax Justice Network for Africa) entend combattre des tendances comme la fuite illicite de capitaux ou l’évasion fiscale, alors que le nouveau Réseau africain de l’eau (Africa Water Network), regroupant plus de 40 organisations africaines, a fait de la lutte à la privatisation de l’eau son fer de lance. Au total, plus de 1200 activités ont été présentées durant le FSM. Les thèmes étaient extrêmement variés, allant de la démocratie participative au droit à l’habitation et à la terre, en passant par l’accès à l’éducation, la désertification et le trafic des enfants. Les Accords de partenariats économiques (APÉ) ont été une cible de choix lors de ce Forum. Plusieurs organisations ont dénoncé ces accords commerciaux de libre-échange que l’Union européenne tente de mettre en place avec 75 de ses anciennes colonies d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Un atelier expliquait notamment comment les importations de poulet congelé en provenance de l’Union européenne sont en train de détruire des marchés locaux en Afrique. La transition en République démocratique du Congo, suite aux élections, a aussi été l’objet de plusieurs ateliers et les Congolais qui étaient présents, dont Ilunga Anicet, de Terre Sans Frontières, se sont vite regroupés pour discuter de la possibilité de développer des initiatives communes. Toutes les activités du FSM se sont déroulées au Stade Moi de Nairobi, dont les gradins avaient été recouverts et subdivisés avec des bâches afin d’en faire des salles de conférences. Tout autour du stade, des kiosques avaient été montés pour présenter les activités d’une multitude d’organismes. Continuellement, des manifestations joyeuses se mettaient en branle pour fendre la foule, réclamant la fin des guerres au Soudan, en Somalie, en Irak ou en Afghanistan, dénonçant la mainmise sur les richesses par les compagnies pétrolières et minières ou appelant à l’action contre les ravages du sida et la violence faite aux femmes. Bien sûr, le Forum social mondial n’est pas une entité ayant un pouvoir décisionnel. Cependant, il n’en demeure pas moins une formidable opportunité pour établir des contacts et favoriser le développement de réseaux d’actions, démontrant que partout sur le globe la société civile prend possession d’un espace solidaire auquel de plus en plus de citoyens se greffent.

Partagez