La Francophonie Avec Elles

Publié le 9 mars 2021

Catégories: Blogue, Terre Sans Frontières Haïti

Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19

Par Vanessa Charles
Co-fondatrice de Lev’elles up, partenaire de TSF en Haïti

Aujourd’hui, partout dans le monde nous célébrons la journée internationale du droit de la femme, dont le thème est Leadership « Féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la covid ».

Bien avant faisons un retour rétrospectif de cette journée, qui depuis des générations est devenue historique pour toutes les femmes du monde. Comment des femmes dévouées s’étaient battues pour qu’aujourd’hui on soit réunis et célébrer nos réalisations, et nos efforts tout en se soutenant les unes et les autres pour continuer à revendiquer nos droits et améliorer nos situations.

Au début du 20e siècle un groupe de femmes << LES SUFFRAGETTES >> militaient pour les droits de la femme. Elles ont marqué une grande mobilisation en Europe pour faire respecter leurs droits et leurs devoirs rejetés par et méprisé par la société. À la suite de cette journée réussie selon plus d’un, est venue l’idée d’organiser chaque année une journée internationale des femmes, invoquée par la militante et journaliste allemande « Clara ZETKIN ». Et cette journée fût célébrée pour la première fois en 1910. Mais ce n’est qu’en 1977 que les Nations Unies ont officialisé cette journée.

Ce 8 mars 2021 marque la 44e journée de célébration des droits de la femme à travers le monde. Depuis, beaucoup de succès ont été constatés, certains droits et devoir sont respectés, beaucoup de femmes ont pu hausser leur voix et aujourd’hui elles occupent des postes ou elles ont la capacité de prendre des décisions pour leur futur et celui de leur société. Les luttes continuent, les sociétés sont différentes les unes des autres et chaque femme, chaque société a les siennes. Le nombre de violences ne cessent d’augmenter, les féminicides, les violences sexuelles, psychologiques et verbales battent encore leur plein, dans la société haïtienne où le patriarcat est sacré.

Le thème de cette année place les femmes au cœur de la relance économique Post-COVID.
Les femmes sont les principales victimes de la COVID, cette crise a envoyé des milliers de femmes dans la précarité en Haïti, se retrouvant pour la plupart dans le secteur informel, elles sont le pilier de leur famille. Elles sont pour la plupart dans le petit commerce, l’agriculture et l’entreprenariat. Avec la COVID et d’autres problèmes économiques, leur situation est aggravée.
Ce qui n’empêche qu’elles contribuent grandement à l’économie haïtienne, elles sont fortes, résilientes, créatives et multitâches. Elles sont des leaders nées, des gestionnaires naturelles, et avec le programme de la FRANCOPHONIE AVEC ELLES, elles sont en mesure de comprendre la finance, de s’organiser et de structurer leur entreprise pour mieux répondre à leurs besoins et ceux de leur famille.

La crise de la COVID nous confirme encore l’extraordinaire capacité des femmes à diriger et à prévoir. Elles ont la capacité de se relever, de redevenir autonome, elles doivent être soutenues, éduquées, financièrement et socialement. Pour reconstruire une économie haïtienne fructueuse et favoriser le développement durable post-COVID, les femmes doivent être placées au cœur des stratégies. Le rôle de la femme dans la reprise économique haïtienne conduira à une réduction des inégalités, augmentera l’autonomisation de la femme et augmentera le produit intérieur brut.


Nan listwa peyi Dyiti, gen anpil fanm djanm bel nanm, anpil fanm kip a pe batay kont injistis ak inegalite , ki pa wont goumen,p ape travay mize pou bay pitit yo manje. Anpil fanm te jwe gwo wol nan batay vetye 1803 ki abouti a indepandas zile a, Sanite Belair,Marie Jeanne, Claire Erez, Victorie Montou.
Lespri chak grenn fanm sa yo, ap viv nan nou chak ki la, si nou te gen kapasite ak kouraj konbat nan pi gwo revolisyon esklavajis ke mond lan pa janm konnen, nou gen menm kapasite ak pouvwa sa pou nou kont tout injistis, tout estereotip, tout barye ek limit yo vle mete devan nou an tan ke fanm. Nou gen yon gwo wol pou nou jwe nan devlopman peyi sa,se nou ki gen fos , se nou konn bay lanmou, Nap ini nou,nap travay ansanm pou nou menm, ak pou pitit nou , ak pitit pitit nou jwen yon bel eritaj.
Nak kontinye denonse tout fom vyolans, nou pap fe silans,nap kontinye revandike dwa , jodia nap selbre dwa tout fanm, dwa pou gen sante,pou travay,pou jwen sekirite, dwa la pawol, dwa pou nou ka pran dezisyon pou peyi nou, pou nou, ak avni nou.
Sonje, nou se kolonn vetebral peyi Dayiti, se nou ki bay lavi, se Nou ki lavi .
Lanmou respe, ak fos pou tout fanm .

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *