Journée mondiale de l’environnement

Publié le 8 juin 2021

Catégories: À la une, Nouvelles

 


Mali
Au Mali, deux plantations ont eu lieu, une dans la commune de Sagabala, dans la région de Koulikoro, et l’autre à Gao, une région aride du nord du pays.
À Sagabala, la plantation s,est faite dans le verger d’une entrepreneure féminine. Une centaine de plants d’agrumes (orangers divers, mandariniers et citronniers) ont été mis en terre avec comme principal objectif d’améliorer la santé nutritionnelle de la communauté tout en favorisant la protection de l’environnement. Le comité de défense/protection de l’environnement du village , la communauté villageoise (hommes, femmes et jeunes), le maire de la commune, son conseiller en environnement, les agents du service technique des eaux et forêts et l’équipe de Sahel 21-TSF ont participé à l’activité.
À Gao, 75 arbres ont été plantés (papayers, citronniers, hennés et eucalyptus), pour aider à diminuer la pauvreté au sein des ménages. L’impact se fera sentir au point de vue alimentaire, en permettant d’améliorer la situation nutritionnelle, économique, en permettant de réduire le prix du panier des ménages et environnemental, en contribuant au maintien de l’écosystème et à l’amélioration de la fertilité et de la stabilité du sol.


République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo, 10 arbres ont été planté autour du Centre d’Apprentissage et d’Accompagnement Professionnel (CAAP) à Bunia, notamment avec la participation d’apprenants et de formateurs du CAAP, ainsi que du personnel de TSF.
Deux espèces ont été privilégiées. D’une part, le Filao, qui sert de brise-vent autour des champs et des maisons, qui a des de vertus médicinales, et qui favorise la fertilisation des sols. D’autre part l’arbre Aljinia sp., dont les belles feuilles apicales rougeâtres offrent un bel ombrage et dont les racines à système pivotant facilitent la plantation autour de clôtures.
En plus de cette plantation, une poubelle a été installée dans la cours du CAAP, une conférence débat a été organisée et des chants de sensibilisation a été chantés. Pour l’équipe de TSF à Bunia, il est essentiel de conscientiser les populations vivant aux alentours des réserves naturelles et des parcs à la pression qu’elles font subir à ces écosystèmes à travers leurs activités. « Pour assurer la restauration de l’écosystème, il est crucial de faire de la sensibilisations afin que l’humanité prenne conscience que la protection de l’environnement est aussi notre protection. »
Une plantation s’est aussi tenu à À Abba en collaboration avec l’Institut Technique Agronomique et Vétérinaire (ITAV). 150 arbres appartenant à six espèces ont été plantés soit des tecks, des sapins, des eucalyptus, des jacquiers, des chênes argentins et des acajous.
Le choix de ces espèces vise à créer un parc à bois qui servira d’abord de pépinière et qui permettra de fournir du bois de chauffe pour la cuisine (sapins), des bâtons pour la construction de huttes et d’échafaudages (eucalyptus), de bois d’œuvre pour la construction de maisons et de mobilier (chênes argentins et tecks) et de fruits pour l’alimentation (jacquiers).


Haïti
En Haïti, 5000 plants composés de bambous, de cassia, de cèdres, de manguiers, de gomiers, de sabliers, de citronniers, d’orangers et d’avocatiers ont été mis en terre dans une dizaine de localités des régions de l’Ouest et des Nippes. Des arbres forestiers ont été sélectionnés pour le reboisement de zones jugées très vulnérables alors que les fruitiers doivent permettre aux bénéficiaires d’utiliser et promouvoir la production locale. Près de 3500 personne profiteront directement de cette plantation.
Des agronomes ont aussi offert à la communauté de Vilalet une présentation touchant à la restauration des écosystèmes, en abordant les thèmes de la relation entre les écosystèmes, de la bonne utilisation de l’environnement, de la relation entre les arbres, l’eau et la terre, de la disparition de l’équilibre et des façons de protéger l’environnement.


Tanzanie
En Tanzanie, une plantation d’arbres s’est tenue à l’école St. Francis of Assisi, à Moshi, une école qui héberge et éduque des enfants, dont certains sont atteints de handicaps divers.
Au total, 140 arbres appartenant à deux catégories ont été plantés, soit des arbres fruitiers (avocatiers, orangers et manguiers) et des arbres indigènes reconnus pour leur tolérance à la sécheresse et qui poussent bien dans le sol argileux de la région (Acajou Africain, Ficus Sycomoros, Cordia Africana, Markhamia Obtusifolia, Spathodes Campanulata).
Ces arbres apporteront de l’ombre, permettront de couper le vent particulièrement présent durant la saison sèche et donneront du bois une fois parvenus à maturité.
Pour ce qui est des arbres fruitiers, ils poussent très vite dans un climat chaud et donneront des fruits pour une saine alimentation des enfants. L’irrigation de ces arbres durant la saison sèche pourra se faire grâce au puit que possède l’école.
Dans le cadre de cette activité, un agronome, qui a aussi expliqué aux enfants les raisons pour planter des arbres et les bénéfices qu’ils apportent à nos vies, en plus de leur montrer comment les planter et les entretenir. Chaque enfants participant s’est aussi fait assigner des arbres dont il devra prendre soin.


Équateur
En Équateur, 300 arbres fruitiers et de bois dur ont été plantés dans la communauté de Ricaurte, notamment chez notre partenaire, la Unidad Educativa Especializada Fiscomisional Nuestra Señora del Carmen (U.E.E.F.N.S.C). L’objectif de cette activité était d’améliorer le cadre de vie tout en sensibilisant la population à l’importance de veiller sur l’environnement à travers la reforestation de l’écosystème. Des plantes médicinales et condimentaires ont aussi été offertes aux enfants est aux adolescent appuyés par notre partenaire.


Sénégal
Au Sénégal, une plantation a été réalisé au poste de santé Mbodiène, dans la région de Thès. Six cocotiers nains, une espèce indigène à croissance rapide, ont été plantés grâce à la participation du bureau de l’Association Nationale des Postes de Santé Catholiques du Sénégal (ANPSCS), permettant d’améliorer les conditions environnementales.


République du Congo

En République du Congo, 40 manguiers et palmiers ont été ajoutés aux 490 arbres récemment plantés (acacias, avocatiers, sabotiers, manguiers et palmiers) au site de demandeurs d’asiles de Bouemba, qui abrite actuellement 3175 déplacés en provenance de la République démocratique du Congo. Dans le cas des manguiers et des palmiers, il sont reconnus comme bien adaptés à la nature du sol de Bouemba. Ces arbres permettront de lutter contre l’érosion qui menace le site, de le protéger contre les vents violents et de fournir des fruits consommés localement par les populations, contribuant ainsi à l’équilibre alimentaire et la lutte contre la malnutrition. Le bois de chauffe pour la cuisine qui en sera éventuellement tiré permettra aussi de réduire la destruction des forêts du village de Bouemba et des alentours.
Autant les demandeurs d’asile de la RDC que la population locale du village de Bouemba ont participé à l’activité, appuyés par un agent du service des eaux et forêts de Gamboma, expert en protection de l’environnement.


Bolivie
En Bolivie, une plantation d’arbres a été effectuée dans la communauté d’Ancocagua, dans la municipalité de Pucarani. Les arbres ont été pris dans une pépinière en opération et plantés sur l’Altiplano où la température peut être très froide et le vent glacial. L’évènement a été l’occasion d’une rencontre entre divers membres de la communauté, entre ville et campagne, une belle fête célébrant la terre et l’air, et surtout, un engagement à respecter et prendre soin de l’environnement.

Partagez

Les commentaires sont fermés.