Journée mondiale de la santé 2021

Publié le 8 avril 2021

Catégories: Nouvelles

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé du 7 avril 2021, TSF vous présentes quelques faits et initiatives en provenance du terrain.


Mali
Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), pas moins de 1,8 millions de Maliennes et Maliens ont actuellement besoin d’une assistance en santé, dont 54 % sont des enfants.
Au cours des 15 dernières années, Sahel-21-TSF a multiplié les actions au Mali pour améliorer l’accès aux soins de santé dont :
Appui en gestion, formation et renforcement des capacités de quatre centres de santé.
Sensibilisation à la maladie à virus Ebola à travers un vaste programme de sensibilisation mis en place en 2014 dans le Cercle de Kolokani.
Dépistage et référencement de la malnutrition dans le Cercle de Kolokani et de Nara.
Formations et sensibilisation sur la santé reproductive, maternelle et infantile auprès des bénéficiaires et personnel de santé.


République du Congo
En République du Congo, les équipes de TSF ont offert des soins de santé primaire à près de 15 000 patients durant le 1er trimestre 2021, dont plus de 60 % étaient des réfugiés. Ces consultations ont mené à l’hospitalisation ou la mise sous observation de 1069 personnes dans les différentes structures de santé collaborant avec TSF.
Le profil épidémiologique et la cause de morbidité chez les réfugiées restent majoritairement le paludisme à 48,5%, suivi des infections respiratoires aiguës (11,6%), des diarrhées simples (10,7%), des parasitoses intestinales (9,7%), des IST/VIH-SIDA (4,9%), des infections cutanées (3,9%), des traumatismes (2,4%), des anémies (2,1%), des infections ophtalmiques (1,5%), et la malnutrition aiguë globale (1,1%).
Le programme étendu de vaccination a rejoint 3358 enfants de moins d’un an et 2470 femmes enceintes.
Le programme de nutrition a permis de prendre en charge 56 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère, dont 41ont été guéris, et 170 cas de malnutrition aigüe modérée, dont 161 ont été guéris.
Le programme de santé de la reproduction a offert des consultations prénatales à 680 femmes enceintes, dont 75% étaient des réfugiées, et a fourni du personnel qualifié pour assister à 460 accouchements, dont plus de la moitié par des femmes réfugiées.
Du côté du VIH-Sida, 433 personnes se sont soumises au programme de dépistage, dont 384 femmes enceintes. Pour ce qui est des Violences Sexuelles basées sur le Genre (VSBG), 27 cas ont été enregistrés.
Le programme de prise en charge psycho socio-éducatif et médicale des troubles mentaux, neurologiques et liés à la consommation des substances psychoactives (troubles MNS) a pris en charge 68 personnes, en majorité des réfugiés.


Sénégal
Au Sénégal, les interventions liées à la santé passent par un appui à l’Association Nationale des Postes de Santé Catholique du Sénégal (ANPSCS).
Cet appui se traduit par l’envoi, depuis quatre ans, de coopérants volontaires canadiens physiothérapeute et le renforcement des compétences en physiothérapie des professionnels de l’ANPSCS, principalement pour des soins aux femmes enceintes et les mamans, et la rééducation périnéale et pelvienne.


Haïti
En Haïti, les cliniques médicales mobiles déployées par TSF constituent le meilleur moyen de rejoindre les populations vulnérables qui n’ont pas accès à des soins de santé locaux. En moyenne, 500 personnes sont rejointes par chaque clinique.
En Haïti, 75 % de la population vit avec moins de 2,50 USD par jour. Et comme le système de soins de santé formel exige le paiement direct des soins au point de service, il en résulte que la moitié de la population n’a pas accès aux services de santé dans le pays.
Par ailleurs, 25,7% de la population n’a pas accès à l’eau potable dans un rayon de 30 minutes de marche et 58,3% de la population n’a pas accès à des installations sanitaires, multipliant les risques de maladies d’origine hydrique.


Équateur
La problématique de l’épandage par avion de pesticides pour la culture des bananes est une préoccupation de tous les instants pour notre partenaire, la Unidad Educativa Especializada Fiscomisional Nuestra Señora del Carmen (U.E.E.F.N.S.C), qui opère aux abords d’une bananeraie. Ces pesticides pourraient être la cause d’un nombre élevé de problèmes de santé dans la communauté, dont de nombreuses déficiences.
À travers le programme Québec sans frontières de TSF, 32 étudiants et étudiantes en physiothérapie de l’Université de Montréal ont eu la chance de partager leurs connaissances entre 2015 et 2019 avec les thérapeutes de l’école. Ce faisant, les enfants en situation de handicap de l’école ont vu leur plan d’intervention bonifié et leurs conditions de vie améliorées. De plus, la mise en valeur de saines habitudes de vie au sein de la communauté est venue sensibiliser les habitants à l’importance de bien s’alimenter et d’incorporer l’exercice physique au quotidien.


Bolivie
Grâce aux cliniques de santé visuelle et dentaire installées par TSF dans l’Altiplano bolivien en 2017, plus de 55 000 personnes ont maintenant accès à des soins de qualité, directement dans leur communauté. Des campagnes de dépistages sont régulièrement déployées dans les écoles afin d’assurer une détection précoce des maladies. En effet, les enfants vivant dans l’Altiplano bolivien sont plus enclins à développer des problèmes visuels tels que des irritations, allergies et maladies dû à l’altitude (plus de 4 000 mètres), au manque de protection contre les rayons UV et à la situation environnementale.
Par ailleurs, la prévalence de la carie chez les enfants de 6 à 14 ans est de 95%, causée principalement par le manque d’hygiène et de soins quotidiens.
En 2020, TSF a aussi procédé à l’installation de deux cliniques de physiothérapie, une première dans cette région enclavée du pays. La population formée principalement d’agriculteurs peut désormais compter sur des soins de proximité auparavant inaccessibles.


Tanzanie
En Tanzanie, la réhabilitation et l’équipement de départements de maternité ont permis d’améliorer les soins de santé maternelle et infantile offerts aux femmes, aux adolescentes et aux filles. Ainsi, durant le premier trimestre de 2021, 184 femmes enceintes ont fréquenté la Clinique Natale Ant et 18 naissances ont été enregistrées.
Des campagnes d’éducation ont par ailleurs récemment permis de sensibiliser 1800 femmes et filles sur différents thèmes comme le mariage précoce et grossesse, le VIH/Sida, les maladies sexuellement transmissibles, la violence sexuelle et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *