Journée internationale des femmes 2019

Publié le 14 mars 2019

Catégories: À la une, Égalité entre les femmes et les hommes

Pour la Journée internationale des femmes 2019, nous avons demandé à des personnes du terrain de s’exprimer sur le thème mis de l’avant : Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement.

Lourdy Mérisma
Coordonnatrice du programme d’apaisement social, Haïti

« La lutte pour un monde plus équitable entre les hommes et les femmes est une lutte noble menée depuis de longues années. Et cette lutte durera encore longtemps. Pour consolider les acquis et obtenir d’autres victoires, les leaders du mouvement doivent comprendre l’importance de l’innovation. Innover de nouvelles choses pour et par la société afin qu’on soit sur une même longueur d’onde.
Des plateformes de formation combinées à des facilités de crédit accessible tant aux femmes et qu’aux hommes afin de faciliter le passage d’une situation à une autre. On peut dire tout simplement « La liberté des hommes ne peut être totale sans la liberté des femmes ».

Aichata Maiga et Agaicha F. Maiga
Mali

« En tant que femmbes, nous devons montrer au monde entier que nous sommes capables d’occuper et d’assumer les tâches et les responsabilités qui nous sont assignées. Ainsi, nos conditions de vie seront améliorées et nous contribuerons au développement de l’humanité.
Une femme dévouée et responsable est capable de bâtir l’humanité de demain. »

Sanata Traore
Agente en productivité agropastorale, Mali


« Les femmes plus confiantes en soi sont un levier pour le développement durable et paisible. »

Mariam Fofana
Comptable, Mali


« L’innovation doit être au centre de la réflexion sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes à l’échelle mondiale. Vive les Femmes !»

Kone Oumou Doumbia
Agent de développement local, Mali


« Il faut réfléchir aux moyens innovants permettant de faire progresser l’équité entre la femme et l’homme, spécifiquement l’autonomisation des femmes dans les domaines suivants : les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics, la construction d’infrastructures durables, l’amélioration des revenues et la participation aux processus politiques.

Fatoumata Moussa Coulibaly
Agente de développement local, Mali.

– Poupée à la naissance
– Princesse à 15 ans
– Belle à 25 ans
– Passionnée à 35 ans et inoubliable à 45 ans
– Dame à 60 ans
Être femme, c’est pleurer en silence les douleurs de la vie et sourire en seulement une seconde, c’est trébucher aussi et tomber et se remettre sur pieds.

Kadiatou Sy Dembélé
Agente de dévelopement local, Mali


Hommes et Femmes tous pour le développement équitable avec leur savoir et savoir-faire.

Delphine Mokola
Présidente d’un Comité de réfugiés, République démocratique du Congo

« La femme doit désormais changer sa façon de penser, ne plus se voir faible et incapable mais penser différemment en vue d’obtenir de meilleurs résultats et oser travailler comme un homme. Il y a des femmes ministres, présidentes. Nous pouvons faire les métiers autrefois réservés aux hommes. Mais cela va commencer en changeant notre mentalité pour oser aller de l’avant.

Mabiala Maye Marlette Grace Dulcinée
Médecin Clinicien, Congo-Brazzaville

« Il reste certains domaines où la participation féminine est faible ; la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques et le design. Cette faible participation constitue un obstacle les empêchant d’être à l’origine ou d’avoir une incidence sur les innovations qui sont nécessaires et doivent tenir compte des sexospécificités, de façon à favoriser une transformation positive de la société. Il est essentiel que les idées et les expériences des femmes soient intégrés dans la conception et la mise en œuvre des innovations qui façonneront les sociétés de demain.
Dans notre contexte de Bétou, nous encourageons les filles jeunes mères à poursuivre leur étude, à sortir de ce stéréotype qui dit que les femmes sont appelées à vendre au marché, à être ménagères etc., quoi ce ces métiers ne soient pas de basses besognes. Néanmoins la femme est appelée à faire plus car elle peut donner plus. L’innovation pour le changement dans notre contexte va d’abord changer le système de pensée de la femme de la Likouala, pour l’encourager à oser investir dans de nouveaux domaines autrefois stéréotypés comme masculin, et à exceller dans ce qu’elle sait déjà faire. Nous encourageons également les hommes à penser équitablement en soutenant les femmes à bâtir intelligemment afin d’innover pour le changement. »

Dominga Calle
Infirmière, Bolivie

« Je vis seule à Curva Pucara avec mon fils depuis plusieurs années. Je trouve important d’appuyer les femmes parce que plusieurs souffrent. Mais elles sont fortes et leur travail dans les champs est admirable. J’ai vu beaucoup de souffrance chez les femmes mais de les aider m’a permis de me sentir bien et forte. Je crois que je vais rester ici et vieillir en continuant à travailler et à aider les femmes et les fillettes qui sont toujours vaillantes malgré leur souffrance. Je vais continuer à travailler et à aider sans relâche, en battante, toujours forte. »

Sandra Olenga
Assistante de Direction, République démocratique du Congo

« Penser équitablement : penser de manière juste, sans discrimination en tenir compte des besoins des femmes et des filles
La pensée équitable est aussi entre femmes.
Elles sont accusées d’être jalouse les unes des autres alors que les femmes doivent s’unir, être soudées, être justes afin de réfléchir et bâtir d’une façon solide pour les générations futures
-Bâtir intelligemment : fonder sur des bases solitudes, rentables, accessibles et surtout qui se perpétuera de générations en générations.
-Innover : trouver des moyens innovants, des savoir-aires nouveaux pour éloigner le plus loin possible les barrières qui empêchent l’autonomisation des femmes et des filles et l’égalité entre sexe afin de réaliser quelque chose de nouveau,
En tant que femme je dois me solidariser avec les autres femmes et ensemble travailler à un monde juste et équitable en pensant, aux voies et moyens innovateurs qui tendre vers l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et éliminer les obstacles de tous genres car c’est en innovant que des nouvelles portes s’ouvrent à la femme afin qu’elle puisse jouer un rôle actif dans la société. »

Béatrice Tabhu
Ancienne réfugiée au Soudan, rapatriée au Congo-Brazzaville


« Les femmes rurales sont en général moins instruites, elles n’ont pas la même compréhension de cette journée. La journée est réduite au défilé, au port des pagnes uniforme, aux manger et boire. Pour que nous ayons une pensée équitable, construire avec intelligence et innover pour le changement il faut que toutes les mamans comprennent le sens de cette journée. »

Béatrice Singba
Congo-Brazzaville

« Pour nous, employées de TSF, ce thème a un sens mais pour atteindre cet objectif que ça soit en ville ou en milieu rural il faut conscientiser les mamans à travers différents thèmes de conférence sur leurs rôles dans la vie active, qu’elles parviennent à découvrir les potentialités qu’elles ont en elles. Il y a intérêt de former les femmes leaders pour accompagner les autres, de créer un espace pour les mamans où elles peuvent partager leurs expériences et discuter des problèmes qui les touchent.  »

Catherine L’Anglais
Directrice terrain, Haiti

« Pour les générations futures il est essentiel de changer les pratiques sociales et d’adopter un comportement responsable autant au niveau environnemental qu’en matière d’égalité, de discriminations et de pauvreté extrême. Les femmes sont leaders dans la promotion d’un mode de vie équitable et durable. Adoptons toutes et tous un comportement responsable.»

Huguette Calix
Directrice administrative, Haïti

« Penser équitablement, bâtir intelligemment et innover pour le changement, oui cela pourrait être possible dans la mesure ou chaque personne prend sa responsabilité à savoir comment lutter pour devenir vraiment des femmes authentiques, utiles et capables de bâtir une société durable pour nos enfants! »

Marika Rousson
Participante au projet QSF, Équateur

« Une femme fière est une femme pour qui tout est possible. »

Laurence Brassard
Participante au projet QSF, Équateur

« En 2019, être une femme devrait être une fierté, peu importe le pays dans lequel nous résidons. En ce sens, dans un monde idéal, le mot féministe n’existerait pas, car nous ne serions pas obligées de nous battre pour ce que l’on est, de nous battre pour quelque chose auquel nous avons droit, le droit à la justice, au respect et à l’égalité. »

David Gendron
Participant au projet QSF, Équateur

« Une femme bien dans sa peau sera une femme bien en société. Une femme bien dans sa peau saura faire avancer sa prochaine. Une femme bien dans sa peau se développera et développera la société, l’humanité, son prochain. Une femme justement appréciée saura innover de manière à pouvoir faire un changement. Une femme justement appréciée sera innovante et dévouée envers une humanité meilleure. »

Naomi Mayer
Participante au projet QSF, Équateur

« Battons-nous pour nos droits, battons-nous pour toutes celles qui ne peuvent pas. Ensemble nous représentons la force de l’avenir. »

Mariane Durivage
Participante au projet QSF, Équateur

« La femme est la moitié du nous. C’est à nous de changer le monde. »

Beatriz García
Directrice de la Unidad Educativa Especializada Fiscomisional Nuestra Señora del Carmen, Équateur

« Les femmes et les hommes grandissent dans le même environnement, dans le même contexte, dans les mêmes circonstances, cependant, nous les femmes développons une sensibilité spéciale pour nous préoccuper de celles et ceux qui sont dans des conditions de vulnérabilité. Cela nous interpelle et nous incite à nous dévouer pour la famille, les proches et la communauté. Ainsi, nous nous organisons pour chercher des solutions aux diverses problématiques. J’ai espoir qu’un jour, ces tâches reviendront à toutes et tous, pas seulement aux femmes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *