Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes !

Publié le 27 avril 2020

Catégories: À la une, Égalité entre les femmes et les hommes

En 2020, la communauté internationale souligne plusieurs moments clés du mouvement pour l’égalité entre les femmes et les hommes : le cap des quinze ans dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et le 10e anniversaire de la création d’ONU Femmes. Sans oublier la Journée internationale des femmes, célébrée le 8 mars, dont le thème était : Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes.

Pour l’occasion, nous vous offrons quelques extraits de témoignages livrés par deux femmes de coeur qui portent bien haut le flambeau, au nom de TSF.

Danièle Bordeleau
Directrice pays, République démocratique du Congo

« Le problème de la violence faite aux femmes basée sur le genre est pour moi très préoccupant, particulièrement dans un contexte de conflit armé comme en République démocratique du Congo. C’est pourquoi nous avons décidé de travailler sur l’appui psycho-social aux femmes mais en allant plus loin, en les accompagnant dans leur autonomisation afin qu’elles prennent leur place dans la société. Il faut qu’on reconnaisse leurs droits mais aussi l’importance du rôle qu’elles jouent dans le développement des communautés locales. Il faut aussi que les victimes reprennent confiance, parce qu’en discutant avec elles, ont voit qu’elles se sentent souvent coupables d’avoir subi des violences. »
« En mettant sur pied un Centre d’apprentissage professionnel (CAP), nous souhaitons aider les femmes à reprendre confiance, mais aussi leur donner les moyens de vivre, pas de survivre, en les aidant à démarrer des activités génératrices de revenus.

Nous intégrons aussi des hommes dans cette démarche, surtout des jeunes, afin qu’ils travaillent avec des femmes, qu’ils soient sensibilisés à leurs droits et qu’ainsi des relations plus égalitaires puissent naître. »
« Je crois que les femmes africaines sont bien conscientes de leurs droits et des efforts qui sont faits en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais pour passer de l’état passif à l’état actif les amenant à avoir plus de pouvoir sur leur propre vie, il y a encore de l’accompagnement et de la sensibilisation à faire auprès des communautés. »

VOIR L’ENTREVUE VIDÉO

Kadidiatou Diallo
Directrice de programmation et de développement pour Sahel 21 filiale de TSF au Mali

« Dans la zone où intervient Sahel 21 filiale de TSF au Mali, il n’y a traditionnellement pas beaucoup de place laissée aux femmes et aux enfants. Mais à travers nos interventions, les communautés ont pu développer une stratégie qui leur permet de comprendre le rôle important que joue la femme dans le développement de la localité, du quartier, du ménage et même de son propre épanouissement. J’ai vu une véritable évolution dans notre zone d’intervention. Les femmes tiennent maintenant des réunions avec les hommes et s’expriment librement en public. Elles prennent la parole, posent des questions et mènent des activités comme les hommes. »

« Nous sommes aussi en train de mettre en place des espaces d’échanges, de formation, d’information et de partage de connaissances où les femmes pourront apprendre à s’exprimer encore davantage. Cela leur permettra d’occuper encore mieux leur place en ce qui a trait au développement de leur village. Il y aura toujours un ou deux hommes pour voir ce qui s’y fait mais ce n’est pas interdit. En comprenant bien ce qui se dit et ce qui se fait, ils pourront être les porte-paroles des femmes. »

« Nous avons aussi un programme de bourse scolaires pour les jeunes filles performantes afin de de les garder à l’école. Certaines sont à l’université et d’autres déjà sur le marché du travail. Il s’agit de dispositions permettant de favoriser le développement de la femme malienne en général et rurale en particulier. »

VOIR L’ENTREVUE VIDÉO

Partagez