titre Aide à des victimes de violences sexuelles basées sur le genre

En République démocratique du Congo (RDC), les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) commises envers les filles et les femmes constituent un véritable frein à leur développement mais aussi à celui du pays, où règne une pauvreté conjoncturelle et structurelle remontant déjà à plusieurs décennies.

Pour aider ces jeunes femmes victimes de violences à retrouver leur confiance, à revaloriser leur estime de soi et les conscientiser à l’importance de leur rôle dans le développement de la communauté, TSF a mis sur pied à Bunia un Centre d’Apprentissage et d’Accompagnement Professionnel (CAAP) visant l’autonomisation de ces jeunes femmes victimes de VSBG. Les jeunes hommes seront également bénéficiaires du centre pour éveiller leur conscience à l’approche genre. 

L’objectif  est de combler les besoins en renforçant la résilience des survivants(es) à travers le développement des compétences pour l’emploi et leur autonomisation économique et sociale avec une approche inclusive et holistique, les aidant à prendre une part active au développement de la communauté et aux décisions qui les concernent.

LE CAAP met de l’avant une approche multidimensionnelle qui favorise le développement et le renforcement des compétences professionnelles, économiques et sociales des femmes et des jeunes de la région en les accompagnant dans la création et la gestion d’activités génératrices de revenus (AGR). Un accent particulier est mis sur la création de micro-entreprises individuelles et collectives dans le domaine de l’agro-pastoral écologique. Le CAAP peut aussi favoriser l’épargne et le crédit via la mise en place d’Associations Villageoises d’Épargne et de Crédit (AVEC) dotées d’un comité de gestion.

Par ailleurs, des ateliers de sensibilisation spécifiques sur les droits des filles et des femmes, les stigmas à combattre, les comportements respectables à adopter seront offerts aux jeunes hommes afin d’amener des changements de comportements durables dans les communautés et promouvoir le respect des droits des femmes.

Danièle Bordeleau, directrice pays en République démocratique du Congo discute des activités du Centre d’Apprentissage et d’Accompagnement Professionnel (CAAP)

titre Fondation Paradis des Indiens à Abricot


Historique


La Fondation Paradis des Indiens (FPDI) a été créée en 1972 par Michaelle et Patrick de Verteuil dans le petit village de pêcheur d’Abricots situé dans la Grande Anse. L’objectif principal est d’aider les enfants pauvres de la zone à accéder à l’éducation.

En 2011, la FPDI gérait 11 écoles (dont 10 se trouvant dans des communautés isolées des mornes avoisinantes) avec un total d’élèves de 1734 garçons et 1577 filles.

En octobre 2016 la zone a été dévastée par le passage de l’Ouragan Matthew. Toutes les écoles ont été affectées et certaines détruites complètement.

Terre Sans Frontières a débuté son partenariat avec l’organisme local suite à l’Ouragan Matthew. Grâce à une solide expertise en reconstruction en Haïti, TSF a pu s’engager auprès de la FPDI pour l’aider à réaliser des constructions durables qui respectent les normes de sécurité.


Composantes


Reconstructions d’écoles
500 bénéficiaires

Deux écoles pouvant chacune accueillir 250 élèves ont été reconstruites, soit l’école Marguerite Aussant à Bwa Pagnol et l’école les Amis de Balisier, à Balisier.
À travers la reconstruction de ces écoles, TSF a aussi donné un renforcement technique à la FPDI : réalisation d’études techniques, DAO, supervision technique (maître d’œuvre), formation ingénieur superviseur local, respect des normes (dans les plans réalisés sensibilisation du partenaire FPDI, renforcement en procédures de passation de marché/appel d’offres)

Protection contre les ouragans
1000 bénéficiaires

Les deux écoles reconstruite aux normes sont chacune capable d’abriter 500 personnes en cas d’ouragan.
La saison des ouragans se déroule de juillet à novembre. Des 15 tempêtes tropicales annuellement « nommées », huit ou neuf deviennent des ouragans de sorte que la probabilité qu’un autre ouragan frappe la Grande Anse dans les années à venir est élevée.

Renforcement comptable

TSF réalise aussi un renforcement comptable auprès de la FPDI par le biais de la mise à jour de sa comptabilité, de la formation et de l’appui du comptable et de la vérification semi-annuelle.


Partenaire


Fondation Paradis des Indiens


Appui financier


Fondation Haïti Partage


 

titre École Les Mains Ouvertes


Historique


Les écoles Les Mains Ouvertes ont été fondées dans le début des années 80 par deux institutrices belges. C’est en 1985, à leur retour en Belgique, qu’elles ont transféré les 4 écoles Mains Ouvertes à des communautés religieuses.

L’école les Mains Ouvertes de la Savane aux Cayes a alors été reprise par les Sœur de la Charité de Saint-Louis.

En 1998, avec un financement de la Fondation Marcelle et Jean Coutu, la reconstruction du bâtiment scolaire et l’ajout d’un nouveau bâtiment pour les activités parascolaires/techniques ont été entrepris.

Inauguration du bâtiment scolaire de 15 classes le 5 septembre 1999.

L’année académique débuta avec 600 élèves en avant-midi et 400 l’après-midi.

Inauguration du bâtiment technique en 2002 : des ateliers d’arts ménagers sont offerts aux étudiants ayant terminés le 1er cycle, ainsi qu’une cantine et une bibliothèque pour tous les élèves.

Les enfants de la zone étant très défavorisés, les Sœurs de la Charité de Saint-Louis ont sollicité un soutien financier pour le fonctionnement. En 2002, l’école a obtenu son premier soutien financier de la Fondation Marcelle et Jean Coutu pour le fonctionnement.


Zone d’intervention


L’école Les Mains Ouvertes est située dans le quartier de la Savane, un bidonville en bord de mer. La majeure partie des gens qui habitent ce quartier sont très pauvres, ce qui donne aux dirigeants malhonnêtes l’occasion de les utiliser pour faire passer leurs revendications ou pour obtenir une place politique en leur donnant des armes, des munitions, du crack et un peu d’argent pour semer le trouble au niveau de la ville par des manifestions violentes et des pillages.

La plupart des enfants du quartier font face à des violences et sont forcés à faire les corvées domestiques, mais rêvent d’aller à l’école comme les autres.


Composantes


Programme d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire
1200 bénéficiaires

Environ 1200 élèves reçoivent annuellement une éducation de qualité.
L’École est classée parmi les meilleures du pays. Les bâtiments respectent les normes de sécurité et sont bien entretenus. En plus des classes, ils comprennent un laboratoire informatique, une cantine, une bibliothèque et des locaux pour la physique et la chimie.
Un système de filtration d’eau pour l’eau potable a aussi été mis en place et le système d’assainissement est adéquat.
Comptabilité y a été informatisée et un suivie est assuré par TSF.

Programme d’activités parascolaire
200 bénéficiaires

Le programme d’activités parascolaire comprend sept filières d’activités.

Programme d’apaisement social
10 000 bénéficiaires

Deux systèmes d’eau potable ont été réhabilité dans le quartier.
Un système d’éclairage solaire a été installé dans la zone afin de de renforcer la sécurité.


Partenaire


Sœurs de la Charité de Saint-Louis


Appui financier


Fondation Marcelle et Jean Coutu


 

titre Centre de formation et d’accompagnement des jeunes et des paysannes de Vialet


Contexte


Le Centre de formation et d’accompagnement des jeunes et des paysannes est situé dans une zone rurale, dans la communauté de Vialet, entre Petit-Goâve et Miragoane.

Vialet compte une population d’environ 50 000 habitants dont la majorité pratique une agriculture de subsistance. Comme l’accès à la formation et aux services de bases y est limité, le centre permet de combler en partie ces besoins.


Composantes du projet


Programme de formation
175 bénéficiaires

Agroécologie
Le Centre de formation se situe dans une zone habitée majoritairement par des paysans. Les activités sont donc principalement axées sur l’agroécologie ciblant prioritairement les femmes et les jeunes. Les résultats suivants sont visés :
– Sécurité alimentaire
– Agriculture résiliente aux changement climatique
– Système agricole soutenable
– Valorisation des cultures locales
– Autonomisation : acquisition de techniques adaptées à l’éco-agrosystème local et surtout accessible aux paysans n’aillant pas accès au financement
– Reforestation et respect des zones protégées et agroforesterie
– Écoresponsabilité

Alphabétisation
L’alphabétisation permet d’outiller les paysannes pour qu’elles puissent aller plus loin dans leur apprentissage.

Menuiserie
La formation est axée sur la fabrication de mobilier à partir de récupération de palettes de bois et pneus.


Programme d’activités parascolaires
100 bénéficiaires

Ce programme vise à offrir des cours de Capoeira à des adolescentes afin de prévenir les cas de violence basée sur le genre.


Programme de développement communautaire
5000 bénéficiaires

Amélioration de l’accès à l’eau potable par la réhabilitation de l’adduction.


Partenaires


CEFOPE est une association locale pour le développement de la zone. TSF travaille avec cette association pour toutes les activités de développement communautaire, principalement la question de l’eau potable et l’environnement.
Dans l’année qui vient, TSF établira des partenariats avec les écoles primaires et secondaires de la zone afin de réaliser des activités de formation en agroécologie pour les futurs paysans.
Le groupe de Capoeira Éducation Sociale qui est notre partenaire sur d’autres projets réalise aussi des activités à Vialet, principalement avec les jeunes adolescentes pour la prévention de la violence basée sur le genre.


Appui financier


Fondation Marcelle et Jean Coutu

 


titre Œuvre Saint-François-d’Assise


Historique


Soeur Flora Blanchette, Auxiliaire Franciscaine, est arrivée sur l’Ile-à-Vache en 1981. Infirmière de formation, elle se met au service de la population en ouvrant un dispensaire. Elle dispense des soins aux malades avec des moyens précaires, organise des cliniques de santé mobiles à travers l’île, accueille des orphelins et des handicapés de tous âges. Une garderie, les Petits Poussins, voit le jour. Le Centre a alors pris  son envol et rapidement, la nécessité d’ouvrir une école primaire s’est imposée.

L’œuvre est aujourd’hui constitué de trois sections : Un centre d’accueil pour enfants, dont un trentaine sont handicapés, une école et une pharmacie. TSF appui uniquement le centre d’accueil, l’école et la pharmacie recevant l’appui d’autres parties prenantes.

TSF a débuté son appui à l’œuvre en 2015, en soutenant un projet ponctuel, suivi en 2016 par un appui financier au fonctionnement du centre d’accueil.

TSF a également appuyé Soeur Flora dans la transition pour la relève et l’œuvre est maintenant opérée par les Sœurs de Saint-François d’Assise.


Composantes du projet


Programme de prise en charge des enfants
70 bénéficiaires

Le Centre offre un toit, trois repas par jour, un encadrement, un suivi médical et une éducation scolaire aux 70 enfants qui y sont hébergés.
32 enfants avec handicaps (15 filles et 17 garçons)
38 enfants sans handicap (17 filles et 21 garçons)

Restructuration et organisation administrative
– Mise en place d’une comptabilité informatisée ainsi qu’une procédure administrative et un suivi budgétaire mensuel
– Révision des contrats employés, tâches, horaires
– Mise en place d’une relève pour la continuation de l’Œuvre

Amélioration de l’assainissement
– Traitement et élimination de la maladie de la galle qui avait été contracté par tous les enfants et employés du site lors de la reprise du projet
– Réhabilitation et augmentation du nombre de toilettes et douches
– Réhabilitation de la buanderie
– Réhabilitation et adaptation des salle de bain des enfants avec handicaps

Amélioration des conditions des enfants avec handicaps
– Réhabilitation du bâtiment de thérapie et suivi médical, incluant une salle d’éducation spécialisée pour les 12 enfants ayant la capacité d’être scolarisé
– Mise en place d’un suivi médical quotidien


Programme d’éducation scolaire
358  bénéficiaires

189 filles et 169 garçons fréquentent l’école de l’Oeuvre.
Parmi les enfants accueillis par l’Oeuvre et qui ont fréquenté l’école, on compte maintenant des comptables, des gestionnaires, des plombiers, des techniciens de laboratoire, des infirmières, des auxiliaires et des médecins, alors que d’autres poursuivent leurs études en agronomie, en sciences administratives ou en sciences infirmières.


Programme d’inclusion sociale
50 bénéficiaires

Introduction d’activités visant l’inclusion sociale à travers un camp d’été de capoeira


Programme d’apaisement sociale
1250 bénéficiaires

Stations de distribution d’eau potable et de recharge de cellulaire
Assainissement des blocs sanitaires de l’école


Partenaire


Ce programme est réalisé en partenariat avec les Sœurs de Saint-François-d’Assise

Appui financier

Fondation Marcelle et Jean Coutu

 


titre Appui à la réintégration de rapatriés maliens

En 2012, les exactions commises dans le nord du Mali par plusieurs groupes armés ont forcé les populations à fuir leur domicile pour se réfugier ailleurs dans le pays. La situation s’étant stabilisée, plusieurs de ces personnes sont rappatriées chez elles. Afin d’appuyer leur réintégration dans leur milieu de vie et de favoriser la coexistence pacifique entre les communautés, Sahel 21 filiale de Terre Sans Frontières au Mali mène un programme mettant de l’avant des initiatives durables, en collaboration avec l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) .

Lieux d’intervention

Gao, Kidal et Ménaka

Description

Construction et réhabilitation d’infrastructures sociales et d’abris.

Durée

Un an

Activités réalisés

Abris
– Construction d’abris en banco
– Construction de cases traditionnelles

Eau et assainissement
– Construction et réhabilitation de points d’eau

Moyens de subsistance
– Appui et relance en agriculture auprès de groupements
– Appui et relance en embouche et élevage auprès de groupements
– Appui à des groupements pour des activités génératrices de revenu et à l’épargne

Partie prenante

Agence des Nations unies pour les réfugiés

Contact au Mali

Bureau de Sahel 21 filiale de Terre Sans Frontières au Mali

Quartier hippodrome ; rue 232, villa 700
BP 9045
Bamako, Mali
Tél.: +223 20 21 91 02

titre Réhabiliter des installations d’eau potable

En RDC, seulement 21 % de la population à accès à de l’eau potable (PNUD 2011) et cette proportion chute à 12 % en milieu rural. Dans la zone de santé de Dungu, principal lieu d’intervention de ce projet, 37 % des malades qui ont été traités dans les centres de santé en 2015 l’ont été pour des maladies d’origines hydriques.

Au cours des dix dernières années, les violences et les saccages commis par différents groupes armés ont exacerbé le problème d’eau potable en accélérant la détérioration de nombreuses infrastructures liées à l’eau potable et à l’assainissement.

Pour s’attaquer à ce problème, Terre Sans Frontières a ciblé une dizaine de localités du Haut Uélé. Environ 390 000 personnes qui bénéficieront des retombées de ce projet réalisé en partenariat avec le Programme québécois de développement international (PQDI).

Résultats obtenus

Réfection de puits
Sept puits ont été réfectionnés dans autant de villages, soit ceux de Naparka, Diagbe, Nambia, Mbengu, Ngilima, Ndedu et Dungu-Uye.

Creusage de puits
Trois nouveaux puits avec pompe manuelle ont été creusés à Bakudangba, Wawe et Kaka.

Amélioration de l’assainissement
Les canaux d’évacuation de l’hôpital général de référence de Niangara ont été ouverts et les caniveaux reconstruits.

Un trou à ordure a été creusé et cimenté pour le marché de Dungu.

Formation de comités et sensibilisation
Dix comités d’eau chargés de la surveillance et de l’entretien des puits ont été instaurés et leurs membres ont été formés.

Une campagne de sensibilisation sur l’environnement et la problématique de la salubrité de l’eau a rejoint plus de 16 000 personnes dans les 12 villages touchés par le projet.

Réduction des maladies
A court terme, il est souhaité que le taux de maladies d’origine hydrique soit ramené à 10% dans les zones touchées par le projet.

Parties prenantes
Programme québécois de développement international (PQDI)

titre Projet Québec sans frontières

Québec sans frontière (QSF) est un programme d’initiation à la solidarité internationale offert aux jeunes québécois de 18 à 35 ans.

Depuis 2014, notre programme Québec sans frontières  vise le renforcement de notre partenaire situé à Ricaurte, en Équateur, la Unidad Educativa Especializada Fiscomisional Nuestra Señora del Carmen.
Cette unité éducative a pour mission de donner des services intégraux et d’améliorer les conditions de vie des personnes, surtout des enfants, vivant avec des handicaps physiques et/ou intellectuels et de leur permettre d’atteindre leur inclusion sociale, éducative et professionnelle par la participation dynamique des familles, par la sensibilisation de la communauté et par la promotion de la formation continue du personnel.

Tous les détails ici

Partie prenante

Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec

titre Programme Affaires mondiales Canada

De 2015 à 2010, Terre Sans Frontières va envoyer en Bolivie et en Tanzanie des coopérants et des coopérantes volontaires, en collaboration avec Affaires mondiales Canada (AMC).

Ce projet vise à renforcer les capacités individuelles et organisationnelles de partenaires oeuvrant en santé, dans les secteurs de la dentisterie et de l’optométrie.

Tous les détails ici

Partie prenante

Affaires mondiales Canada

titre Centre de développement de l’enfance Maison de l’Avenir Jacqueline Lessard


Historique


En 2013, TSF et les Filles de Marie Reine Immaculée ont repris le projet d’orphelinat-école de la Fondation Jacqueline Lessard à Noailles, Croix-des-Bouquets (quartier Colimeau). Le projet comptait à l’époque sept enfants en pension et l’école n’était pas fonctionnelle.


Composantes du programme


1- Éducation scolaire et cantine
230 bénéficiaires

Le programme offre une éducation préscolaire et primaire à plus de 200 enfants. L’école vise à offrir une éducation de qualité à des enfants défavorisés. Les élèves bénéficient d’une cantine scolaire d’un repas équilibré par jour.
Afin d’enrichir le programme, TSF s’assure des formations aux professeurs et de la réalisation d’ateliers pédagogiques sur des thématiques variées.


2- Programme d’activités parascolaires
101 bénéficiaires

Un programme d’activités parascolaires a été mis en place basé sur la Capoeira éducation sociale (par des ressortissants du programme de l’ONG Viva Rio dans le quartier de Bel Air). Plus D’une centaine d’enfants bénéficient présentement du programme à travers lequel ils réalisent des activités de capoeira, danse folklore, cours de tambours, atelier de lecture, cours de cuisine, artisanat, acrobatie et des ateliers d’éducation à la citoyenneté mondiale.


3- Centre de développement de l’enfance
51 bénéficiaires

La Maison de l’Avenir Jacqueline Lessard héberge 51 enfants provenant des zones les plus défavorisées de Port-au-Prince. Ces enfants ont trois repas équilibrés par jour suivant un menu établi par une nutritionniste et bénéficient d’un suivi pédiatrique et dentaire ainsi que d’une éducation.

Notre approche vise au-delà des besoins physiologiques en comblant aussi les besoins de sécurité, d’appartenance, d’accomplissement et d’épanouissement.
Notre objectif est d’en faire de futurs citoyens responsables et participant positivement à leur communauté.
230 bénéficiaires


4- Programme d’apaisement social et de développement communautaire
2100 bénéficiaires

Le programme étant situé dans une zone contrôlée par des gangs armées et donc dans un environnement violent où les risques de sécurité sont très élevés, TSF a mis en place un programme d’apaisement sociale et de développement communautaire.

Un comité a été créé avec un représentant de chacune des quatre communautés de la zone et les contacts ont été établis avec les associations de jeunes et artisans. Une station de recharge de téléphones et distribution d’eau potable a été inaugurée à l’extérieur des murs de sécurité de l’école ainsi qu’un espace d’attente pour les parents et un bureau pour la coordonnatrice du programme afin d’être accessible à la communauté.


5- Activités de formation et sensibilisation
121 bénéficiaires

– Égalité femme/homme
– Gestion des déchets/écoresponsabilité
– Non-violence
– Assainissement
– Eau potable
– Inclusion sociale


Partenaires


Ce programme est réalisé en partenariat avec les Filles de Marie Reine Immaculée et l’équipe de Capoeira Éducation Sociale.


Appui financier


Fondation Marcelle et Jean Coutu


titre École primaire de Riimenze

Pendant plusieurs décennies, la guerre a fait rage au Sud-Soudan. Maintenant que le pays a accédé à l’indépendance, la communauté ougandaise des Frères de l’Instruction chrétienne a décidé de venir au secours des enfants sud-soudanais en allant fonder une école primaire à Riimenze.

Jusqu’à ce jour, des classes et un dortoir ont été construits, des réservoirs pour la collecte d’eau de pluie ont été installés et les champs qui permettront de fournir de la nourriture aux élèves sont disponibles pour l’ensemencement et la récolte.

Éventuellement, cette école accueillera des élèves du secondaire.

Parties prenantes

Frères de l’Instruction chrétienne
Diverses communautés religieuses

titre Assistance et protection pour les réfugiés

Depuis 2014, Terre Sans Frontières et l’Agence des Nations-Unies pour les réfugiées (HCR) mène un programme d’assistance et de protection destiné à environ 15 000 personnes réfugiées, retournées et déplacées en République démocratique du Congo (RDC).

Présentement, les principaux lieux d’intervention se trouvent à Bondo et Ango, dans le nord du pays, où quantité de personnes continuent d’affluer en provenance du Sud-Soudan. D’abord axé sur l’installation de structures d’accueil, ce programme met maintenant l’accent sur des infrastructures plus permanentes comme des maisonnettes pour les familles, des écoles, des centre de santé ou des salles communautaires. La distribution de vivres se poursuit aussi.

Des initiatives ont aussi permis le soutien de personnes déplacés plus au sud en Ituri, notamment à  Tchomia et Bogoro.

Une aide d’urgence destinée à soulager plus de 4500 réfugiés soudanais et 2500 retournés Congolais, qui ont traversé la frontière au nord de la République démocratique du Congo, a aussi été offerte en  janvier 2015. Cette intervention permettra de distribuer des rations composées de céréales, de légumineuses, d’huile et de sel.

 

Parties prenantes

Haut Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés
Programme alimentaire mondial (PAM)

titre Assistance en santé, nutrition et VIH/sida

En République démocratique du Congo, TSF mène un programme en collaboration avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour dispenser des soins de santé à environ 60 000 personnes réfugiées provenant majoritairement de la République Centrafricaine et de la République démocratique du Congo, ainsi qu’aux populations hôte.
Menées par une équipe d’une centaine de personnes, ce programme contribue à offrir des soins de santé de première ligne avec emphase sur la la santé reproductive et maternelle, la nutrition, ainsi que la lutte contre le VIH/sida.

Les activités se déroulent présentement dans trois régions.

Département de la Likouala
Les activités sont centralisées autour de deux pôles, soit Impfondo, où se trouve un hôpital de base et Bétou, qui regroupe un centre de santé intégré, deux postes de santé et une unité de réhabilitation nutritionnelle intensive destinée traiter des enfants souffrant de malnutrition allant de modérée à aigue, ainsi que des femmes enceinte ou allaitantes.

Département des Plateaux
À Bouemba, TSF est responsable du Centre de santé intégré du Plateau des 15 ans.

Brazzaville
Dans la capitale Brazzaville, TSF intervient à travers son Centre médico-social pour offrir des soins aux réfugiés urbains.

titre Renforcement de l’éducation

En République Démocratique du Congo, les coordinations diocésaines d’Isiro et de Dungu ont monté un vaste programme de renforcement des capacités en faveur des enseignants et des enseignantes du primaire de 350 écoles primaires qui desservent plus de 75 000 élèves. Le projet visait également à sensibiliser les enseignants à l’importance de l’éducation des jeunes filles et à permettre aux chefs d’établissement de se perfectionner en gestion et en informatique.

Des sessions se sont déroulées à Isiro, Dungu, Poko et Watsa, sur un territoire grand comme le Rwanda et le Burundi réunis. Le projet a permis de restaurer plusieurs salles dans les écoles qui ont accueilli les sessions en question. Des livres et du matériel ont pu être distribués.

Ainsi, plus de 400 enseignants et enseignantes ainsi que 214 gestionnaires ont bénéficié de formations. Ce projet a aussi permis de sensibiliser 24 500 élèves à l’importance de la scolarisation des filles à l’aide de capsules radio et de dépliants d’information

Parties prenantes

Programme québécois de développement international (PQDI)
Fondation internationale Roncalli

titre Développement intégré dans des villages maliens

Lieux d’intervention

Koulikouro

Description

Sahel 21 filiale de TSF au Mali mène un vaste programme de développement communautaire intégré qui regroupe 24 villages du cercle de Kolokani, dans la région de Koulikoro. Le travail de Sahel 21 dans ces villages s’articule autour de six grandes composantes :

1- Développement local

Appuyer le développement et l’autonomisation de quelques villages.

2- Alphabétisation

Offrir des sessions d’alphabétisation (débutants et avancés) aux adultes analphabètes des villages appuyés.

3- Santé

Appuyer trois centres de santé communautaire, une maternité et les trois associations sans but lucratif responsables de leur gestion afin de conduire des activités de protection et de promotion de la santé.

4- Crédit rotatif

Mettre en place un fonds de crédit rotatif dans chaque village appuyé afin de favoriser les initiatives de villageois et de villageoises. Dans le cas des hommes, le crédit sert surtout à acquérir du matériel pour l’agriculture alors que dans le cas des femmes, il sert à faire du petit commerce, comme la vente de produits maraîchers.

5- Sécurité alimentaire

Appuyer les paysans et les paysannes afin d’améliorer les rendements de leur terre, par la fourniture d’intrants et d’extrants, la formation, les conseils et l’expérimentation de nouvelles techniques. Cinq banques de céréale font aussi l’objet d’un appui.

6- Entrepreneuriat rural

Former, supporter, orienter et appuyer financièrement des promoteurs et promotrices dans la réalisation de leur projet d’affaires, de la naissance à la croissance de l’entreprise.

Durée

Cinq ans

Faits saillants 2019-2020

Renforcement et autonomisation des Associations de Développement Villageoises (ADV) et inter-villageoises
– Huit nouveaux centres d’alphabétisation ont vu le jour et le perfectionnement des formateurs et des superviseurs a été complété.

– 52 comités de femmes nutritionnistes ont été formés et équipés dans 52 villages. Il y a maintenant 260 nutritionnistes villageoises, dont 99% sont des femmes. Les thèmes développés ont porté sur l’allaitement et la nutrition avec démonstrations culinaires.

Amélioration de la santé sexuelle, reproductive et nutritionnelle des populations
– Cinq ateliers d’information et de formation ont été offerts à 120 personnes dont 48 femmes dans les quatre aires de santé. Les thèmes développés ont porté sur le planning familial, le mariage précoce, l’excision, la malnutrition des femmes enceintes et les personnes âgées.

– Une campagne de sensibilisation sur la santé sexuelle et reproductive, les MTS, les mutilations génitales et divers aspects de la nutrition a touché 52 villages, rejoignant 3120 personnes dont 1778 femmes.

– Des formations sur la santé sexuelle et reproductive ainsi que la nutrition ont été dispensées à 48 agents socio-sanitaires et des séances de conscientisation sur ces thèmes ont été menées dans les quatre aires de santé auprès de 105 personnes, dont 40 femmes, incluant des relais villageois, des guérisseurs traditionnels et des accoucheuses traditionnelles.

-Du matériel médical a été distribué à deux centres de santé.

Partie prenante

Fondation Marcelle et Jean Coutu

Contact au Mali

Bureau de Sahel 21, filiale de Terre Sans Frontières au Mali

Hippodrome Bamako
Rue 234, Porte 981
BP 9045
Bamako, Mali
Tél.: +223 20 21 91 02