Education Cannot Wait : L’apprentissage à distance

Publié le 29 mars 2021

Catégories: Blogue, Terre Sans Frontières République démocratique du Congo

Dans le cadre du projet Education Cannot Wait réalisé en République démocratique du Congo, nous avons recueilli quelques témoignages qui expriment bien la portée de cette initiative destinée à favoriser l’apprentissage à distance pour les enfants réfugiés en zones rurales ayant un accès très limité à l’éducation.

M. Dukabho Tabhiaki
Enseignant
École primaire de Mola 

« Je suis intéressé par les activités de ce projet de l’enseignement à distance organisé par TSF pour les enfants durant cette période de Covid-19. Tout d’abord, moi-même je prépare des cours qui passent à la radio et tout le monde suit à la maison. Pour les enfants, les leçons dispensées à la radio leur permettent de suivre des enseignants qu’ils ne pouvaient pas avoir dans leur propre salle de classe. Un enfant de 6ème peut même suivre les cours des élèves de 2ème année et cela constitue un rappel pour lui. Celui de 3ème année peut déjà suivre des cours des classes montantes. Cela est bénéfique pour les enfants. »

Mme Angélique Aputu
Directrice et responsable du comité de suivi
École primaire de Mola
« Ce projet est vraiment bénéfique pour les enfants. Un jour, j’avais la radio et ma fille de première année suivait la leçon qui était diffusée. Elle répétait chaque mot après l’enseignant. Et même après la leçon elle continuait à répéter. Je crois que l’important pour les animateurs du projet est aussi d’intensifier la sensibilisation des parents pour qu’ils permettent aux enfants de suivre à la maison ces leçons qui passent à la radio. »

Chef de la sous-division provinciale de l’éducation de Faradje II
« J’écoute régulièrement les enseignements qui passent à la radio. Ces leçons sont bien préparées et conviennent bien au niveau des élèves. Ces leçons sont également bénéfiques pour les parents qui suivent ces leçons parce qu’elles permettent de rappeler certaines notions oubliées ou que nous employons sans trop nous fier aux règles enseignées à l’école. À la reprise des activités, nous allons recommander aux directeurs des établissements primaires de sensibiliser les élèves. »

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *