Deux physiothérapeutes en terre sénégalaise

Des moments précieux

Publié le 10 décembre 2019

Catégories: Blogue, Physiothérapie Sans Frontières - Sénégal

Voilà que nous venons de terminer notre première semaine ici au Sénégal ! Ouff.. tant de belles expériences en si peu de temps ! Anik et moi sommes plus que chanceuses de pouvoir vivre ces moments si précieux. Chaque jour est une nouvelle aventure et nous profitons de chaque seconde en terre sénégalaise. Une des choses qui nous surprend ici est la bonté sans mesure des habitants que nous croisons. Partout, les gens prennent le temps de venir nous saluer et nous serrer la main, du plus jeune au plus vieux. Ces salutations sont toujours accompagnées d’un magnifique sourire qui éclaire si bien leur visage. Nous n’avons jamais reçu autant d’amour que depuis que nous avons déposé les pieds ici et nous en sommes très reconnaissantes. Il n’y a pas seulement le soleil du Sénégal qui est chaud, mais bien le cœur des habitants. Nous nous sentons les bienvenues.

De Dakar à Mbar en passant par Ndiaganiao, il est très difficile de passer inaperçue. Notre peau blanche en fait réagir plus d’un. Ici, nous sommes surnommées les «toubabs» qui signifie blanche en Wolof. C’est magique de voir les enfants nous regarder avec les yeux brillants d’émerveillement. On se fait scruter de la tête aux pieds et on s’y plait bien.

En seulement quelques jours, nous avons déjà vécu plusieurs belles rencontres et moments touchants. Et oui, nous avons déjà pleuré de joie. Que ce soit notre passage dans un mariage Sénégalais, une partie de soccer improvisée avec des jeunes enfants dans une ruelle, la naissance d’un enfant ou bien lorsque des jeunes adolescentes chantent pour nous, ces moments resteront gravés dans notre mémoire pour toujours.

Comme dans toute chose, il est difficile de changer des habitudes déjà bien établies. Ceci dit, nous travaillons fort pour faire comprendre le but de notre mandat ici au Sénégal. Dans les postes de santé, nous encourageons le plus possible les professionnels avec qui nous travaillons, d’ajouter des nouvelles techniques à leurs pratiques vis à vis des cas de lombalgies et/ou de dysfonctions du plancher pelvien. Dans le poste de Santé de Ndiaganiao, nous avons effectué une formation clinique de base concernant l’évaluation du plancher pelvien. Nous avons aussi remis à la sage femme un aide mémoire à afficher au mur pour se souvenir des éléments clés. Nous encourageons à prévenir au lieu de guérir.

Nous préparons activement la formation de trois jours que nous donnerons d’ici peu à Kaolack. Nous sommes convaincues que notre venue peut faire une  différence !

 

À bientôt

Myriam Gauvin, pht

 

Partagez