David Dancause aux commandes de 9Q-CDU

Publié le 21 février 2006

Catégories: 2006, Avions Sans Frontières

Guy Gervais, pilote de brousse qui a passé 20 ans aux commandes d’Avions Sans Frontières (ASF), en République démocratique du Congo, et qui a survolé pendant près de 50 ans les jungles et les brousses de la planète au service des plus démunis, prend une retraite bien méritée. Pour le remplacer, ASF a nommé David Dancause, un jeune pilote de 27 ans, natif de Saint-Rémi sur la Rive-Sud de Montréal.

Quelques jours avant son départ, en décembre dernier, il exprimait toute la fierté et la fébrilité qui l’habitaient à l’idée de s’installer aux commandes du Cessna 206 d’ASF. Titulaire d’une technique en pilotage d’aéronef obtenu au Centre québécois de formation aéronautique du Cégep de Chicoutimi, David Dancause a également complété une année d’étude en technique d’avionique à l’École nationale d’aéronautique du Cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil. Au moment de sa sélection, le jeune pilote comptait 2400 heures de vol à son actif, dont 2000 à titre de commandant, principalement cumulées dans les régions de Mont-Tremblant, Parent et La Tuque. Il a aussi piloté du côté de la Baie James et de Shefferville. « En pilotant des hydravions, j’ai développé ma débrouillardise et mon jugement, ce qui me servira en Afrique. Je vais avoir certains réflexes acquis », mentionne David, tout en précisant que ses anciens patrons ont maintes fois vanté sa prudence, un atout essentiel pour le type d’environnement dans lequel il doit travailler. Il a aussi pris soin de rencontrer Benoit Lebeau, un ancien pilote d’ASF, et il compte sur Vincent Ndombe, le patron d’ASF à Dungu, pour lui prodiguer moult conseils. À Dungu, tout sera nouveau pour lui puisqu’il évoluera non seulement dans un nouvel espace aérien, mais également dans une région du monde qu’il ne connaît pas. « J’ai voyagé en Amérique latine, mais jamais en Afrique », dit-il. Il aura le soutien de sa conjointe, Caroline Jean, qui en sera elle aussi à une première expérience en Afrique. « En fait, je n’ai jamais voyagé mais j’en ai toujours eu le désir », affirme-t-elle. « Rencontrer des nouvelles personnes, connaître une culture différente… tout va être une découverte. Bien sûr, il y a des précautions à prendre mais cela fait partie de l’adaptation », ajoute Caroline qui a une idée de la vie en région éloignée puisqu’elle a toujours vécu à La Tuque. « Je vais offrir mon aide. Il y aura sûrement quelque chose à faire pour moi », affirme-t-elle, tout en disant ne pas être nerveuse lorsque David pilote. « Il m’explique toujours beaucoup ce qu’il fait ». Toute l’équipe de Terre Sans Frontières leur souhait bon séjour… et bons vols!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *