Carnets de mission

Publié le 6 mars 2006

Catégories: Nouvelles

Ils étaient quatre Dentistes Sans Frontières, deux assistantes et une étudiante à aller en Arménie durant tout l’été 2005.

Du 10 au 29 juin, il revenait au Dr Claude Leduc de Montréal et à Mme Brigitte Lalonde, assistante à la Clinique Réjean Carrier de Repentigny, d’intervenir auprès des enfants orphelins ou nécessiteux âgés de 8 à 15 ans de différentes régions d’Arménie. En effet, la mission s’est déroulée dans un camp d’été pour enfants dans la « Vallée des fleurs ». Les camps sont organisés en quatre groupes de 210 enfants réunis à Tsaghkadzor à 50 km d’Erevan, la capitale arménienne. Du 30 juin au 18 juillet, Dre Alice Khieu Thi Kieu Dung de Pierrefonds et Dr Francois Blondeau, chirurgien dentiste de Saint-Augustin-de-Desmaures assuraient le suivi, avant que Dr Luc Villemaire de Bramptonville, son assistante Mme Marie-Josée Duval et Mme Tamar Stamboulian, étudiante en dentisterie de l’université de Montréal, ferment les missions estivales arméniennes et préparent la clinique pour l’hiver en drainant toute l’eau de l’unité et de la succion pour éviter l’éclatement des tuyaux. Alors que les équipes précédentes avaient tenté en vain de réparer la succion dentaire offerte gracieusement par Dre Khieu, Dr Villemaire a fait beaucoup de bricolage à la clinique : « En gros j’ai installé les trois super turbines neuves, j’ai changé le tour lent électrique pour un tour lent à air Micro-méga trouvé sur place, avec vitesse variable et reculons », explique-t-il. Entre les réunions générales d’information sur l’hygiène et les caries, la remise de brosses à dents, les interventions sur les enfants, les équipes se sont familiarisées avec les deux mots les plus utiles en Arménien : patz et pagaie (ouvre et ferme). Dr Blondeau a noté des problèmes importants principalement dus au manque d’hygiène dentaire et à la carie dentaire qui se développe beaucoup chez les enfants. Il précise : « Ceci cause une perte d’espace interproximale avec migration mésiale des premières molaires. J’ai aussi constaté que lorsque les molaires primaires sont extraites en jeune âge, il y a migration mésiale de la première molaire…. J’ai vu des problèmes de constriction du maxillaire supérieur avec hypo-développement de celui-ci, perte du processus alvéolaire avant même sa formation complète à cause des extractions précoces qui avaient été réalisées antérieurement. Ceci m’a fait réfléchir et nous avons opté d’éviter d’extraire les dents primaires asymptomatiques même si celles-ci étaient cariées, de façon à éviter des problèmes ultérieurs dans la dentition permanente et aussi en regard de la croissance des maxillaires ».

Partagez