ASF déploie de nouveau ses ailes

Publié le 10 janvier 2001

Catégories: Avions Sans Frontières

Après être resté cloué au sol pendant près de deux ans à cause des troubles secouant la République Démocrati¬que du Congo, le Cessna 206 de Avions Sans Frontières (ASF) a repris ses vols grâce à la collaboration de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), de MIVA, un organisme hollandais et surtout de l’équipe terrain d’ASF.

En juillet dernier, le pilote en chef d’Avions Sans Frontières, M. Guy Gervais, a donc récupéré l’avion qui était stationné à Nairobi pour l’amener jusqu’à Aru, son port d’attache situé à la frontière de la RDCongo et de l’Ouganda. Les six premiers mois de cette nouvelle envolée ont été passablement occupés pour Avions Sans Frontières, preuve de l’importance qu’a ce projet pour les populations du Haut-Uele, une région enclavée du pays. ASF a notamment été impliqué dans une vaste campagne de vaccination contre la poliomyélite, organisée sous l’égide de l’UNICEF, en transportant les vaccins, les docteurs et les infirmiers. Cette campagne a rejoint plus de 40 000 enfants. ASF a également répondu à neuf urgences médicales nécessitant le transport de malades. La vie d’un prêtre congolais souffrant d’une crise d’appendicite aïgue a ainsi pu être sauvée, l’avion ayant rejoint l’hôpital d’Isoro en 25 minutes de vol au lieu des sept heures qu’il aurait fallu par la route. L’appareil offrira d’ailleurs un support à l’équipe de l’organisme Médecins Sans Frontières, qui redémarre présentement les activités à l’hôpital de Dungu, détruit par un incendie en 1998. Comme à l’habitude, l’avion d’ASF a aussi été largement utilisé pour le transport de personnel et de marchandises diverses, qu’il s’agisse de matériel scolaire, de kérosène, d’outils ou de denrées non périssables comme du sel et du sucre. En quelques occasions, le Cessna d’ASF a même été transformé en corbillard afin de rapatrier des défunts dans leur village. « La reprise de ce service d’aviation humanitaire a créé un climat d’espoir et un esprit de confiance et de solidarité entre les Congolais et entre les Congolais et les Canadiens », lance Guy Gervais, qui a insisté pour reprendre les commandes d’Avions Sans Frontières. « Je voulais honorer l’attente des Congolais moins favorisés et isolés mais aussi le courage de Ndombe, l’administrateur d’Avions Sans Frontières, qui a notamment voyagé pendant six jours en moto pour aller chercher les permis permettant à ASF de reprendre ses opérations. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *