863 personnes examinées en Équateur

Publié le 14 mars 2007

Catégories: Nouvelles

« Je veux vous remercier pour l’aide humanitaire que vous nous avez apportée depuis l’an passé, ce fut une très grande aide… combien de gens peuvent lire maintenant. Grand merci », indique Sœur Agathe Martel, notre partenaire en Équateur et sœur missionnaire de l’Assomption de la Sainte-Vierge.

L’Équateur, petit pays coincé entre la Colombie, le Brésil, le Pérou et le Chili, sur les abords du Pacifique, est un magnifique kaléidoscope de paysages (entre la cordillère des Andes et l’immensité de l’Amazonie). Hors ses paysages, l’Équateur est surtout réputé pour la générosité de ses habitants. Les gens y sont très pauvres, mais très accueillants et ouverts. Aussi, les deux missions, menées chacune par le Dr Hector Tremblay, ont été particulièrement riches en expériences et en découvertes de l’Autre. La première équipe s’est rendue du 11 au 26 novembre 2005 dans différentes paroisses du sud du pays, dans les environs de Ricaute, à environ deux heures de Guayaquil. Toute une organisation! « Les patients avaient rendez-vous un jour donné, dans l’avant-midi ou l’après-midi. Ils étaient reçus par une bénévole qui avait la liste des noms préalablement sélectionnés par l’équipe de catéchèse et là, ils se procuraient un ticket qui leur permettait d’avoir l’examen visuel et les lunettes gratuitement. Nous examinions de 60 à 70 personnes par jour. Nous, commencions la journée vers 8 h et la terminions entre 15 et 16 h », témoigne Dre Nadine Palardy, optométriste. C’était sa première participation à un projet d’OSF et sûrement pas la dernière car dit-elle : « C’est une expérience enrichissante et inoubliable que j’aimerais répéter dans l’avenir ». Les pathologies rencontrées recoupent des cataractes, des glaucomes, des opacités cornéennes, des dégénérescences rétiniennes marquées, des ptérygions (50 % des patients présentaient un début de ptérygion, selon Dr Tremblay) et pour la première fois cette année, lors de la mission de septembre, l’équipe a vu cinq personnes aveugles. Cette seconde mission, composée de Dr Tremblay, de madame Lucie Boutin, assistante, et de madame Andrée de Guise, opticienne, aura permis d’affiner la connaissance des amétropies de ce coin de pays. « À l’analyse, nous constatons chez les personnes de 50 ans et plus qu’il y en a à peu près 40 % avec hypermétropie et astigmatisme, 38 % d’hypermétropes, 20 % lecture seulement et 2 % myopes. Pour les 30 à 49 ans, il y a surtout un problème pour la lecture. Beaucoup de personnes se plaignent de picotements, de larmoiements. Nous leur recommandons de porter des lunettes de soleil, un chapeau ou une casquette », détaille Dr Tremblay. D’ailleurs les deux missions ont distribué avec force lunettes de soleil, casquettes, étuis et, bien sûr, des lunettes de prescription. Sur ce point, il est à mentionner le dévouement des équipes avant chaque départ : classement de lunettes, contacts auprès de fournisseurs (Allergan et Novaritis, en ce qui concerne la dernière mission), préparation des valises (contenant aussi des outils de travail importants, comme la ventilette et le lentimètre). Cet engagement se prolonge au retour car certaines prescriptions sont difficilement trouvables dans le stock apporté (ainsi Optique de l’Estrie a réalisé gratuitement sept prescriptions qui ont, depuis, été réacheminées). Les OSF ne s’arrêtent pas une fois passés les douanes. Ils continuent en témoignant auprès du public d’ici car, raconte Mme De Guise, « faire ce genre de mission, ça nous permet vraiment de remettre les valeurs à la bonne place. Il suffit de voir ces gens qui ne sont pas riches, mais qui ont un toit, qui mangent tous les jours et qui sont heureux!!! du peu qu’on leur apporte »… Dr Tremblay ne compte plus les conférences auprès des Clubs Lions, des Clubs Rotary…

Partagez