25 ans d’Avions Sans Frontières
Des années difficiles

Publié le 18 février 2010

Catégories: 2010, Avions Sans Frontières

Le jeudi 16 février 1989 restera à jamais marqué comme le moment le plus tragique de l’histoire d’Avions Sans Frontières (ASF). Vers 10 heures le matin, le Cessna 206 immatriculé 9Q-CBQ, le premier qui avait été envoyé République démocratique du Congo, s’écrase sur une montagne du volcan Nyiragongo, près de Goma, à peine une dizaine de minutes après son envol.

L’accident tue sur le coup les six occupants de l’appareil, soit le pilote-mécanicien Normand Berger, Lucien Baffaro, Rémi Claveau et Robert Duchesneau, tous quatre frères de l’Instruction chrétienne (FIC), de même qu’un couple de hollandais. Le choc est brutal pour la communauté des FIC et pour toutes les personnes impliquées dans le développement de la province orientale. Du coup, les activités d’ASF se voient grandement réduites puisque l’organisme ne peut plus compter que sur un seul Cesnna pour assurer l’ensemble des opérations. « En plus d’une grande perte matérielle, c’est surtout une très grande perte de collaborateurs pleinement impliqués dans l’œuvre missionnaire et la coopération internationale. Mais plus que jamais, il faut continuer à aider les personnes démunies de la République démocratique du Congo », déclare Robert Gonnevile, directeur d’Avions Sans Frontières, au lendemain de la tragédie qui est abondamment rapporté dans les médias du Québec. Encore une fois, l’intervention bienveillante de Wings of Hope permettra de relancer Avions Sans Frontières à plein régime. En effet, en août 1991, l’organisme américain officialise le don d’un Cessna 206, pour remplacer celui perdu lors de l’accident. L’avion est d’autant plus nécessaire que des réfugiés qui fuient la guerre civile au Soudan affluent vers Dungu. Déjà, l’unique appareil d’ASF vole sans arrêt pour transporter du personnel et du matériel médical. La situation se gâte cependant dans la région. Des militaires commettent des exactions contre la population et la tension oblige ASF à suspendre ses vols durant plusieurs mois. Aussi ce n’est qu’en 1994 que le nouvel avion arrive en Afrique. Après l’avoir utilisé pour une petite campagne de promotion au Québec, le pilote Guy Gervais veille à le démonter pour l’expédier par conteneur jusqu’à Naïrobi, où il se rendra pour le remonter. Ce n’est cependant pas dans la région de Dungu que cet avion débutera ses opérations, ni même ailleurs en République démocratique du Congo. L’avion sera plutôt basé à Bujumbura, au Burundi, pour desservir les immenses camps de réfugiés rwandais qui fuient le génocide. Mais la situation se dégrade aussi au Burundi, trop pour y laisser stationné le Cessna 206. L’avion prendra la direction de Kisangani, pour être mis à la disposition du diocèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *