L’arrivée au Sénégal

Publié le 23 janvier 2018

Catégories: Blogue, Physiothérapie Sans Frontières - Sénégal

16h35: nous atterrissons à Dakar. David Ndior, le chargé de projet de l’Association Nationale des Postes de Santé Catholique du Sénégal nous attend. En route vers Thiès, nous sommes rapidement plongées dans l’ambiance du Sénégal: les femmes parées de tissus colorés portent bébé au dos et sac de riz à la tête, les calèches côtoient les voitures et les scooters, les ânes se promènent dans certaines rues le long du trajet vers Thiès, certaines routes sont sablonneuses, bref… C’est dépaysant!

En visitant le Poste de Santé de Sainte-Anne à Thiès, nous réalisons rapidement que le fait d’être physiothérapeute et de présenter notre activité de renforcement des capacités à des sages-femmes et des infirmières représente un obstacle de taille. Nous réalisons que notre profession est peu connue ici… Encore plus la rééducation périnéale! Elles croient que nous pouvons faire des accouchements, prescrire de la médication et faire des suivis en fertilité! À ce moment exact, nous doutons réellement de la pertinence de notre présence et du contenu de notre formation. Et si nous sommes ici et que nous ne répondons pas à leurs attentes? En discutant avec Soeur Françoise, sage-femme, infirmière et gestionnaire du Poste de Santé de Sainte-Anne, elle nous assure que notre formation sera bien reçue et que les besoins sont réels. Voilà ce qui est rassurant!

Le reste de la semaine passe, nous révisons notre formation qui sera donnée la première fin de semaine. Nous la modifions au fil des discussions et le tout prend forme tranquillement.

Nous voilà samedi matin: 20 femmes et 1 homme sont présents pour assister à notre première formation qui sera de deux jours. Tous sont sages-femmes ou infirmier-ères. Le tout se déroule sans dans une ambiance amicale. Tout le monde est ravi de notre formation et l’échange mène à d’intéressantes discussions. Ils semblent nous comprendre malgré notre accent québécois!

La formation se termine en après-midi le dimanche. Sensation du devoir accompli. Place au repos bien mérité: journée de congé demain!

Gabrielle Carrier et Douanka Gendreau, physiothérapeutes

Un commentaire

  1. Rachel Noreau a écrit :

    Votre chronique est très bonne. Félicitations pour votre bonne capacité d’adaptation et je vous souhaite une bonne continuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *