La conclusion

Publié le 5 février 2018

Catégories: Physiothérapie Sans Frontières - Sénégal

Nous voilà à Mbour pour notre deuxième formation. Près de 25 professionnels nous y attendent. En plus des infirmières et des sages-femmes, deux monitrices de l’école de sages-femmes assistent au séminaire suite à notre demande. Nous sommes prêtes et beaucoup plus confiante étant donné que nous avons adapté notre formation suite à la première édition. Le tout se déroule bien pour une deuxième fois. Les commentaires sont bons et les gens apprécient l’opportunité d’approfondir leurs connaissances. Pour ajouter à notre expérience sénégalaise, nous sommes invitées à « manger autour du bol » pour une première fois: c’est convivial et cela facilite les échanges!

Lundi, nous poursuivons l’accompagnement clinique. Nous rejoignons Virginie, sage-femme, au Poste de santé Gandigal qui se trouve juste sous notre hébergement. Dès le début, nous remarquons qu’elle intègre les notions apprises dans le cours pour faire de l’enseignement auprès de ses patientes. Les échanges sont enrichissants de part et d’autre, nous posons des questions sur des sujets moins connus et Virginie révise certains concepts enseignés. Également, au cours de la semaine, nous avons la chance d’assister à deux accouchements. Nous en profitons pour utiliser le TENS que nous avons offert à la maternité de Gandigal grâce aux dons d’Atlas Médic. Celui-ci semble efficace, car les femmes nous rapportent un soulagement durant l’application. Étant donné que ces femmes n’ont pas accès à l’épidurale, nous sommes contentes de voir que l’utilisation du TENS sera pertinente. Finalement, nous passons la semaine à Gandigal, puisque notre journée d’accompagnement prévue au Poste Benoit XVI de Mbour est annulée, en raison de l’absence de consultation péri-natale et gynécologique.

Nous passons un agréable séjour à Gandigal et nous en profitons pour visiter les alentours, dont le port de pêche de Mbour et les plages de Saly. Nous voilà qui revenons vers Dakar où nous rencontrons la présidente de l’ANPSCS pour faire un bilan de notre séjour. Nous terminons ensuite par une rencontre avec les deux monitrices de l’école de sages-femmes. La rencontre permet de débuter la planification de l’intégration d’un module en rééducation périnéale dans le curriculum de cours de l’école.

Samedi, retour au Québec, déjà!

Douanka Gendreau et Gabrielle Carrier, physiothérapeutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *