Deuxième semaine à l’hôpital de St-Joseph – Tanzanie

Publié le 26 octobre 2017

Catégories: Blogue, Physiothérapie Sans Frontières, Physiothérapie Sans Frontières Tanzanie

Kwa heri (goodbye in Swahili)

La deuxième semaine a eu tant de points forts, par où commencer ! Comme mentionné dans le dernier post, il faut du temps pour s’habituer au rythme du «Pole Pole» (lentement en swahili) en Tanzanie. Comme beaucoup d’autres Canadiens, nous sommes toujours sur la route et essayons de faire un million de choses à la fois, en Tanzanie, les gens aiment prendre leur temps pour tout ce qu’ils font.

Lors d’une journée de travail typique à l’hôpital Saint-Joseph, des prières et des rondes de visite du matin sont organisées, où tous les professionnels de la santé se réunissent pour discuter des changements de condition des patients survenus pendant le quart de nuit. Il y a souvent des présentations réalisées aussi par l’un des médecins ou d’autres membres du personnel lors des réunions.

Après les rondes de visite, nous avons la chance d’avoir au moins une heure pour revoir les techniques d’évaluation et de traitement avec Fides, notre physiothérapeute ! Cela nous permet d’affiner ses compétences dans l’évaluation de certaines articulations (cette semaine, nous avons couvert la colonne vertébrale lombaire, la colonne cervicale, le genou et l’épaule)! Nous avons réalisé que Fides apprend très vite et nous sommes assez chanceux d’appliquer immédiatement avec elle, les techniques que nous discutons ensemble avec les patients que nous voyons pendant la semaine !

Mardi, nous avons rencontré Sœur Luyimo et Fides pour remettre à l’hôpital les deux valises pleines de dons que nous avions apportés et qui comprenaient des orthèses, des livres de physiothérapie, divers équipements de mesure. Ils ont été très reconnaissants de ce que nous leur avons apporté du Canada. Notre prochaine étape sera de former et d’accompagner à la fois Fides et le personnel orthopédique sur l’utilisation correcte des orthèses que nous avons apportées.

Le swahili est un défi permanent, mais notre langage des signes n’a jamais été aussi meilleur. Nous avons réussi à apprendre à compter de 1 à 10 en swahili (c’était beaucoup plus difficile que prévu, mais Harison, notre patiente de six ans nous a aidés à y arriver – et oui, il s’est habillé en costume pour venir nous voir pour sa session de physiothérapie) !

L’un des avantages majeurs du bénévolat à l’Hôpital Saint-Joseph, c’est la vue imprenable sur le mont Kilimandjaro lorsque le ciel est bien dégagé !

Réalisation de la semaine : nous deux avons réussi à faire une évaluation subjective l’historique de sa condition avec un client en swahili !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *