La colère de Matthew

Publié le 16 mai 2018

Catégories: Blogue, Terre Sans Frontières Haïti

Par Philippe Legault

Peu avant d’arriver à Roche-à-Bateau, sur la côte sud du pays, on peut apercevoir de la route un rocher plat d’environ 5 mètres carrés qui jaillit de la mer, un peu au large. Vu de loin, il complète un paysage idyllique dans le soleil couchant. Mais ce rocher, c’est la table du diable. Un lieu mystique qui attirerait des gens de partout, même de l’étranger, venus conclure un pacte avec le diable pour s’enrichir ou obtenir diverses faveurs. On raconte que les soirs de cérémonie, le vent beugle et que personne n’ose s’approcher. 

Tout le long de la côte, en filant jusqu’à Roche-à-Bateau puis en poussant un peu plus loin jusqu’à Des Coteaux, les tiges de palmiers décapités et les murs effondrés se succèdent. Les rayons du haut soleil rebondissent contre les innombrables toitures de tôles toutes neuves qui détonnent avec les vieilles tôles arrachées par l’ouragan Matthew, raboutées pour construire des cabanes. 

Toutes les écoles de la zone ont été détruites par la tempête. Les ruines des bâtiments dévastés ont l’air de dater de 40 ans, comme si la guerre était passée. Pourtant, cela ne fait même pas deux ans que Matthew a touché terre ici. Face à tant de destruction, on se demande inévitablement si le diable n’est pas venu prendre son dû.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *